L’euro monte face au dollar après la BCE

AWP

1 minutes de lecture

Vers 20h45, l’euro gagnait 0,44% face au dollar, à 1,1981 dollar pour un euro.

L’euro montait jeudi face au dollar alors que la Banque centrale européenne (BCE) a prévu d’intensifier le rythme de son programme de rachats de dette face à la hausse des taux sur le marché obligataire.

Vers 19H45 GMT (20H45 à Paris), l’euro gagnait 0,44% face au dollar, à 1,1981 dollar pour un euro.

La BCE n’a pas touché à son taux directeur et n’a pas augmenté son programme de rachats d’actifs, qui doit toujours porter sur 1.850 milliards d’euros d’ici mars 2022.

Mais le Conseil des gouverneurs prévoit que le rythme des achats obligataires sera «nettement augmenté au cours du trimestre à venir par rapport aux premiers mois de l’année», selon le communiqué publié à l’issue de la réunion de l’institution.

La BCE a agi «dans le but d’éviter un resserrement des conditions de financement, incompatible avec la lutte contre les effets à la baisse de la pandémie sur la trajectoire projetée de l’inflation», explique l’institut.

Depuis plusieurs semaines, la hausse des taux sur le marché obligataire pousse les cambistes à se tourner vers les banques centrales pour voir si elles réagiront.

Des taux plus élevés «devraient être ce que la BCE veut, puisqu’ils sous-entendent une croissance plus forte et une inflation plus vigoureuse», explique Neil Wilson, analyste chez Markets.com, qui rappelle cependant qu’»elle ne voudra pas étouffer le poussin dans l’oeuf, alors que la campagne de vaccination de l’UE est à la traîne par rapport à ses pairs, notamment les Etats-Unis et le Royaume-Uni».

«Le fait que ni la taille, ni la date de fin du programme ne change prouve que la BCE pense que l’économie sera revenue à la normale en mars prochain», commente Edward Moya, analyste chez Oanda.

Après la BCE, ce seront la Banque d’Angleterre (BoE) et la Banque centrale américaine (Fed) qui se réuniront la semaine prochaine.

Aux Etats-Unis, le président Joe Biden a signé son plan de relance de l’économie d’un montant de 1.900 milliards de dollars et doit prononcer dans la soirée un discours très attendu sur la pandémie et les espoirs nés de la campagne de vaccination en cours.

Si ce texte laisse envisager une vive reprise de l’activité économique américaine, les craintes autour d’une forte inflation, contraignant la Réserve fédérale à rehausser ses taux directeurs, semblaient s’être taries ces derniers jours.

Des chiffres publiés mercredi ont montré que l’inflation s’était un peu accélérée aux Etats-Unis en février, avec une hausse des prix de 0,4% (contre +0,3% en janvier), mais qu’elle restait relativement modérée.

De son côté, le bitcoin se stabilisait (+0,54% à 57.239,13 dollars), restant proche de son plus haut historique, atteint fin février à 58.350 dollars.

A lire aussi...