Le dollar se raffermit face à l’euro, la livre aussi

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro perdait 0,45% à 1,1794 dollar, après les déclarations de politique monétaire très accommodantes de la Fed, qui prévoit des taux proches de zéro jusqu’en 2023.

Le dollar a retrouvé de la vigueur vis-à-vis de l’euro mercredi à l’issue d’une réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), tandis que la livre s’est nettement reprise, le marché regagnant confiance dans les négociations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,45% à 1,1794 dollar, après les déclarations de politique monétaire très accommodantes de la Fed, qui prévoit des taux proches de zéro jusqu’en 2023. La livre gagnait quant à elle 0,44% face au billet vert, à 1,2946 dollar, et 0,88% face à la devise européenne, à 91,06 pence pour un euro.

Les investisseurs ont pris connaissance mercredi de la décision de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed), qui a promis qu’elle garderait des taux bas tant que l’inflation ne dépasse pas légèrement les 2% «pendant quelque temps».

Ses prévisions n’envisagent pas une remontée de l’inflation à ce niveau avant fin 2023.

Le président de la Fed Jerome Powell a également affirmé qu’une nouvelle aide financière aux ménages et entreprises américains serait «probablement nécessaire» pour permettre à l’économie de se redresser de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

Toujours aux Etats-Unis, des ventes au détail décevantes -bien qu’en hausse (+0,6%)- pour août ont aussi attiré l’oeil des cambistes, apportant des éléments d’information sur la santé des consommateurs et sur leurs envies de dépenses.

La livre s’est reprise après avoir perdu 3,6% face à l’euro et au dollar la semaine dernière, bousculée par les tensions dans les négociations sur la relation post-Brexit.

«Des discussions autour d’un compromis (avec les députés rebelles) à propos du projet de loi du gouvernement sur le marché intérieur semblent donner un coup de fouet à la livre», a expliqué Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

Ce texte visant à revenir sur le premier accord de Brexit, conclu l’an passé, a rendu furieux les Européens mais a passé une première étape au Parlement britannique lundi. Son avenir n’est cependant pas tout tracé, alors qu’il suscite la grogne jusque dans les rangs de la majorité.

Toute perspective d’un échec des discussions plombe la livre, car cela serait vu par les marchés comme une catastrophe économique pour le Royaume-Uni, tandis que toute avancée est saluée par les investisseurs.

A lire aussi...