A Wall Street, le Dow Jones recule au lendemain d’un record

AWP

1 minutes de lecture

L’indice vedette clôture en baisse de 0,31% à 33’066,96 points tandis que le Nasdaq parvient à se maintenir au-dessus des 13'000 points en ne lâchant que 0,11%.

La Bourse de New York a fini dans le rouge mardi, lestée par la hausse du taux obligataire américain à 10 ans et la solidité du dollar face aux autres grandes devises.

Le Dow Jones Industrial Average, qui avait atteint un record lundi à la clôture, a perdu 0,31% à 33’066,96 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,11% à 13’045,39 points et l’indice élargi S&P 500 a reculé de 0,32% à 3’958,55 points.

«Le marché américain a fini en baisse après une séance volatile qui a vu les rendements sur les bons du Trésor grimper avant l’ouverture», notent les analystes de Charles Schwab.

Après une accalmie la semaine dernière, le taux à 10 ans sur la dette américaine est reparti à la hausse, atteignant dans la nuit de lundi à mardi un plus haut en 14 mois, à 1,7742%.

Le billet vert a pour sa part touché un sommet en un an face au yen et depuis novembre face à l’euro.

Les mouvements à la hausse des rendements obligataires et du dollar indiquent que les acteurs du marché anticipent un fort redémarrage de la consommation et une reprise de la croissance aux Etats-Unis grâce aux mesures de relance budgétaire et à la campagne de vaccination.

Ce sentiment s’est confirmé avec la nette amélioration de la confiance des consommateurs américains en mars, au plus haut en un an, selon l’indice du Conference Board publié mardi.

Mais ces attentes pèsent en même temps sur des valeurs qui avaient grimpé en Bourse à la faveur des confinements, en particulier celles de grandes entreprises technologiques comme Apple (-1,23%), Microsoft (-1,44%) ou Facebook (-0,97%).

Le secteur bancaire se réjouit pour sa part de la hausse des taux sur les bons du Trésor, et donc potentiellement d’une augmentation des taux d’intérêt, synonyme de marge plus importante pour les établissements financiers.

Morgan Stanley (+1,55%) et Goldman Sachs (+1,93%) sont ainsi remontés après une séance difficile la veille.

Les deux banques américaines avaient été prises dans la tourmente de l’affaire Archegos Capital Management, une société d’investissement basée à New York, qui a cédé en masse des parts détenues dans des entreprises américaines et chinoises cotées à Wall Street.

Les groupes de médias ViacomCBS (+3,55%) et Discovery (+5,36%), affectés par cette vente, ont rebondi mardi.

«Le marché attend le plan de (Joe) Biden sur les infrastructures, qui est censé être annoncé demain», relève par ailleurs Peter Cardillo de Spartan Capital.

Le président américain doit en effet dévoiler mercredi des investissements pour rénover et moderniser les ponts, les routes, les voies ferrées et les aéroports du pays, dont le montant pourrait atteindre les 3.000 milliards de dollars.

Le financement de ce projet coûteux suscite de nombreuses interrogations dans les milieux financiers, notamment en raison d’une possible augmentation de l’impôt sur les sociétés et sur les plus grandes fortunes, évoquée par l’administration Biden.

A lire aussi...