Les Bourses asiatiques toujours préoccupées par la pandémie

AWP

1 minutes de lecture

L’indice vedette Nikkei a hésité tout au long de la séance mais a fini par céder 0,18% à 22.437,27 points. L’indice élargi Topix a perdu 0,23% à 1.579,09 points.

La plupart des Bourses asiatiques ont terminé lundi en léger recul, incapables de progresser face aux inquiétudes sur une deuxième vague de coronavirus en Chine, tandis que la première continue par ailleurs de sévir aux Etats-Unis notamment.

A Tokyo, l’indice vedette Nikkei a hésité tout au long de la séance pour céder au final 0,18% à 22.437,27 points. L’indice élargi Topix a perdu 0,23% à 1.579,09 points.

L’indice Hang Seng de Hong Kong a reculé de 0,54% à 24.511,34 points. En Chine continentale, l’indice composite de Shanghai a stagné (-0,08% à 2.965,27 points) tandis que celui de Shenzhen a légèrement progressé (+0,29% à 1.936,65 points).

La persistance du coronavirus dans plusieurs régions du monde fait douter les investisseurs de la vigueur de la reprise économique après les déconfinements.

Plus de 220 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés à Pékin en plus d’une semaine, à partir d’une souche détectée dans un marché aux poissons local.

Après avoir placé en quarantaine des quartiers entiers des environs et testé des centaines de milliers d’habitants, les autorités chinoises ont suspendu dimanche les importations d’une marque américaine de poulets et ordonné la fermeture d’une usine de PepsiCo à Pékin.

Aux Etats-Unis, une douzaine d’Etats du Sud, du Centre et de l’Ouest ont enregistré un nombre quotidien record de nouvelles contaminations ces derniers jours, dont la Californie dimanche.

Le géant technologique Apple a de nouveau fermé ses magasins dans les Etats américains les plus touchés, ce qui avait pesé sur le moral des investisseurs à Wall Street vendredi, et par ricochet sur ceux en Asie lundi.

Les déconfinements à l’ordre du jour dans de nombreux pays font entrer le monde dans une «phase dangereuse», a par ailleurs mis en garde vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Du côté des valeurs

TOSHIBA A FLAMBÉ

Le titre Toshiba a bondi de 4,9% à 3.425 yens. Le conglomérat industriel a confirmé lundi sa volonté de vendre sa part de 40,2% dans Kioxia, son ancienne division de puces-mémoires Toshiba Memory, et de redistribuer la majorité du produit net de la transaction à ses actionnaires.

Le groupe a aussi déclaré qu’il étudiait «les options disponibles» pour ses activités dans l’impression, ce qui a fait aussi grimper le cours de sa filiale dans ce segment, Toshiba Tec, cotée séparément à Tokyo (+5,97% à 4.260 yens).

Du côté des devises et du pétrole

Le yen était quasi stable face au dollar: vers 09H00 GMT un dollar s’échangeait pour 106,92 yens, contre 106,87 yens vendredi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise reculait face à l’euro, qui valait 120,02 yens contre 119,46 yens en fin de semaine dernière.

La monnaie européenne grimpait aussi face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,1225 dollar, contre 1,1178 dollar vendredi.

A l’image des marchés d’actions, le marché du pétrole était hésitant également: vers 08H25 GMT le prix du baril de brut américain WTI était en parfait équilibre à 39,75 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord s’appréciait très légèrement de 0,31% à 42,32 dollars.

A lire aussi...