Les Bourses asiatiques réagissent à l’incertitude sur un plan de relance US

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a abandonné 0,7% à 23.474,27 points à la fin des échanges, et l’indice élargi Topix a lâché encore davantage (-1,09% à 1.619,79 points).

Les grandes Bourses asiatiques ont de nouveau été soumises jeudi au suspense pesant sur un éventuel plan de relance aux Etats-Unis, Tokyo terminant en nette baisse tandis que Hong Kong parvenait de justesse à clôturer dans le vert.

Sur la place nippone, l’indice vedette Nikkei a abandonné 0,7% à 23.474,27 points à la fin des échanges, et l’indice élargi Topix a lâché encore davantage (-1,09% à 1.619,79 points).

Les investisseurs tokyoïtes ont continué de surveiller «le sort du plan de relance américain» et devraient rester prudents «tant qu’un accord n’est pas conclu», selon Yoshihiro Ito, stratégiste de Okasan Online Securities.

La Maison Blanche a renchéri mercredi son offre pour le nouveau plan d’aide à l’économie américaine, dans l’espoir d’arracher un accord à l’opposition démocrate avant l’élection présidentielle du 3 novembre.

«Les prochaines 24 ou 48 heures seront décisives», a notamment déclaré le chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows.

Le cours du dollar a sensiblement faibli mercredi par rapport aux autres grandes devises mondiales, dont le yen, une valeur refuge traditionnelle.

Mais un yen fort affaiblit la compétitivité des produits japonais à l’étranger, ainsi que les réserves en dollars des groupes nippons, ce qui a incité jeudi certains investisseurs de court terme à vendre des actions japonaises.

A Hong Kong, après avoir viré au rouge dans la matinée, l’indice Hang Seng a finalement terminé en petite hausse de 0,13% à 24.786,13 points.

L’indice composite de Shanghai a lui lâché 0,38% à 3.312,50 points et celui de Shenzhen a abandonné 0,49% à 2.243,24 points.

Du côté des valeurs

ANA HOLDINGS A FLANCHÉ

Le titre de la première compagnie aérienne japonaise a chuté de 4,07% à 2.318 yens.

Selon l’agence nippone Kyodo, la compagnie envisage de se séparer d’environ la moitié de ses quelque 60 avions gros porteurs en raison de la crise du secteur aérien liée à la pandémie de Covid-19.

La compagnie compte également réduire drastiquement ses liaisons internationales depuis ses principaux aéroports au Japon, a annoncé mercredi dans la soirée la chaîne de télévision publique nippone NHK.

ANA doit publier la semaine prochaine ses résultats trimestriels, comme sa principale rivale Japan Airlines dont le titre a perdu jeudi 2,2% à 1.993 yens.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen était stable par rapport au billet vert vers 09H00 GMT, à raison d’un dollar pour 104,64 yens, contre 104,59 yens mercredi à 21H00 GMT. Mais la monnaie japonaise s’était nettement appréciée face au dollar dans la journée de mercredi, alors que la devise américaine évoluait auparavant au-delà du cap symbolique des 105 yens.

Même tendance pour le cours euro/yen, lequel était quasi stable à 123,99 yens pour un euro contre 124,05 yens la veille à 21H00 GMT. Cependant l’euro valait 124,72 yens 24 heures auparavant.

La devise européenne baissait légèrement face au dollar, à raison d’un euro pour 1,1845 dollar contre 1,1861 dollar mercredi à 21H00 GMT.

Le marché du pétrole se remettait doucement de sa forte baisse de la veille dans la foulée d’une augmentation des stocks américains hebdomadaires.

Vers 09H00 GMT le prix du baril de brut américain WTI montait de 0,42% à 40,20 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,34% à 41,87 dollars).

A lire aussi...