Les Bourses asiatiques partagées autour des tensions sino-américaines

AWP

1 minutes de lecture

L’indice vedette Nikkei a gagné 1,32% à 23.511,62 points et l’indice élargi Topix est monté de 1,69% à 1.661,93 points.

Les principales Bourses asiatiques ont connu des fortunes diverses lundi, Tokyo et Hong Kong finissant en bonne hausse tandis que Shanghai et Shenzhen ont reculé sur fond d’un regain des tensions sino-américaines dans les nouvelles technologies.

Avec le vent favorable des gains à Wall Street en fin de semaine dernière, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a pris 1,32% à 23’511,62 points, pendant que l’indice élargi Topix a gagné 1,69% à 1661,93 points.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a pris 1,04% à 23’476,05 points.

Malgré des indicateurs chinois encourageants publiés ce week-end, l’indice composite de Shanghai (-0,06% à 3217,53 points) et celui de Shenzhen (-0,75% à 2126,88 points) ont davantage fait les frais des tensions sino-américaines.

Washington a récemment imposé aux entreprises américaines d’obtenir une autorisation pour vendre leurs technologies au géant chinois des semi-conducteurs Smic, a rapporté ce week-end le Wall Street Journal.

Du côté des valeurs

TOSHIBA DÉRAPE À CAUSE DE KIOXIA

L’action Toshiba a lâché 3,22% à 2700 yens à Tokyo, après avoir chuté de 8,6% au tout début des échanges. Kioxia (ex-Toshiba Memory), son ancienne filiale de puces-mémoires, a annoncé lundi le report sine die de son introduction en Bourse, qui était prévue début octobre, en raison de «la volatilité persistante des marchés» et de la crise du coronavirus.

Toshiba, qui détient encore quelque 40% de son ancienne filiale, avait prévu de mettre sur le marché 30,1 millions d’actions Kioxia lors de son introduction en Bourse, ce qui aurait réduit sa part à environ 32% du capital. Le groupe avait l’intention de redistribuer à ses propres actionnaires le gros du produit net de la vente de ses actions Kioxia.

ANA HOLDINGS DANS UN TROU D’AIR

Le titre de la compagnie aérienne japonaise a plongé de 5,11% à 2562 yens. En difficulté financière à cause de la pandémie, le groupe envisagerait de recourir à une augmentation de capital d’environ 200 milliards de yens (1,6 milliard d’euros), selon le quotidien économique Nikkei. Interrogée lundi par l’AFP, la compagnie s’est refusée à tout commentaire sur des informations «inexactes».

Le cours du principal concurrent de ANA Holdings, Japan Airlines (JAL), a lui baissé de 3,62% à 1992 yens.

HSBC EN FORME

Le titre du géant bancaire HSBC s’est envolé lundi à Hong Kong (+9,22% à 30,80 dollars hongkongais), profitant du renforcement de la part dans son capital de son principal actionnaire, l’assureur chinois Ping An. Selon l’agence Bloomberg, le titre HSBC n’avait pas connu pareille fête sur une seule séance depuis avril 2009.

SMIC VICTIME DE WASHINGTON

Le géant chinois des semi-conducteurs Smic a été plombé lundi par les sanctions américaines fraîchement décrétées contre lui: son titre a lâché 7% à Shanghai et près de 3,9% à Hong Kong.

Du côté des devises et du pétrole

Un dollar s’échangeait pour 105,30 yens vers 09H10 GMT, contre 105,58 yens vendredi à 21H00 GMT.

L’euro descendait à 122,62 yens, contre 122,81 yens vendredi.

La monnaie européenne progressait modestement par rapport au billet vert, à raison d’un euro pour 1,1645 dollar, contre 1,1631 dollar vendredi.

Les cours du pétrole évoluaient en repli: vers 09H00 GMT le prix du baril de brut américain WTI perdait 0,77% à 39,94 dollars et le prix du baril de Brent de la mer du Nord abandonnait 0,64% à 41,65 dollars.

A lire aussi...