Bourses asiatiques: Tokyo dynamique, Hong Kong plombée par Alibaba

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a conclu sa première hausse de l’année (+1,6% à 27.490,13 points), et l’indice élargi Topix a atteint un nouveau plus haut depuis 2018 (+1,68% à 1.826,30 points).

La Bourse de Tokyo a nettement grimpé jeudi, alléchée par la perspective de nouvelles aides pour l’économie américaine avec un Congrès démocrate, tandis que Hong Kong a été pénalisée par la dégringolade d’Alibaba et Tencent, menacés de sanctions américaines.

L’indice vedette de Tokyo, le Nikkei, a conclu avec la manière sa première hausse de l’année (+1,6% à 27’490,13 points), et l’indice élargi Topix a atteint un nouveau plus haut depuis 2018 (+1,68% à 1826,30 points).

La double victoire des démocrates aux élections sénatoriales de Géorgie (sud) donne les clés du Congrès américain au parti du futur président Joe Biden, qui sera investi officiellement le 20 janvier.

Alors que ce scénario inquiétait jusqu’à présent les investisseurs à Tokyo, ces derniers s’en accommodaient désormais. Wall Street avait aussi grimpé mercredi, nullement impressionnée par les violences à Washington causées par des manifestants pro-Trump.

Car avec les démocrates aux commandes grandit la probabilité de nouvelles mesures budgétaires pour soutenir l’économie américaine, perspective vue d’un bon oeil par les marchés.

Un nouvel état d’urgence au Japon face à la pandémie a été annoncé par le Premier ministre Yoshihide Suga après la clôture de la Bourse de Tokyo.

Mais cette mesure était anticipée depuis plusieurs jours, et le dispositif sera plus limité que le précédent état d’urgence en avril-mai dernier, pour tenter de minimiser l’impact sur l’économie.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a lâché 0,52% à 27’548,52 points, victime de la chute de deux de ses poids lourds, Tencent et Alibaba.

Avant de quitter la scène, l’administration Trump songe à interdire à ces deux géants technologiques chinois de maintenir leur double cotation à New York, selon plusieurs médias.

L’indice composite de Shanghai a toutefois grimpé de 0,71% à 3576,20 points et celui de Shenzhen a progressé de 0,21% à 2426,66 points.

Du côté des valeurs

VALEURS CYCLIQUES EN FORME

Comme à Wall Street la veille, les actions de secteurs de l’économie traditionnelle ont été recherchées à Tokyo, profitant des espoirs de nouveaux plans de relance aux Etats-Unis.

Les sidérurgistes nippons en particulier ont flambé: Nippon Steel a bondi de 7,82% à 1.454,5 yens, JFE Holdings de 7,79% à 1093 yens et Japan Steel Works de 6,79% à 3.300 yens.

Les valeurs bancaires japonaises ont aussi été recherchées, notamment Sumitomo Mitsui Financial Group (+5,46% à 3475 yens), Mizuho (+3,25% à 1397 yens) et Mitsubishi UFJ Financial Group (+3,47% à 480 yens).

ALIBABA, TENCENT ET SOFTBANK GROUP TOUCHÉS

Menacés d’être retirés de la cote américaine, Alibaba a lâché 3,91% et Tencent 4,69% à Hong Kong. A Tokyo le titre de SoftBank Group a aussi été affecté (-1,56% à 7993 yens), le groupe japonais étant le premier actionnaire d’Alibaba.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen reculait sensiblement face au dollar, lequel valait 103,44 yens vers 09H15 GMT contre 103,04 yens mercredi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise refluait plus légèrement face à l’euro, qui s’échangeait pour 127,10 yens contre 127,01 yens la veille.

La monnaie européenne cédait du terrain face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,2281 dollar contre 1,2327 dollar mercredi.

Le pétrole poursuivait son ascension: vers 09H10 GMT le prix du baril de brut américain WTI valait 51,10 dollars (+0,93%) et celui du baril de Brent de la mer du Nord cotait à 54,66 dollars (+0,66%).

A lire aussi...