Pétrole: explosion des stocks US, chute des réserves d’essence

AWP

1 minutes de lecture

Les réserves américaines de brut ont grimpé de 21,6 millions de barils au 26 février. C’est leur plus forte hausse hebdomadaire depuis 1982.

Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis se sont envolés la semaine dernière au moment où le rythme des raffineries a considérablement ralenti et la production a accéléré, tandis que les stocks d’essence ont lourdement chuté.

Selon un rapport de l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA) diffusé mercredi, les réserves américaines de brut ont grimpé de 21,6 millions de barils (MB), à 484,6 MB au 26 février. C’est leur plus forte hausse hebdomadaire depuis 1982.

Les réserves d’essence ont dégringolé de 13,6 MB, à 243,5 MB, soit leur plus lourde chute en une semaine depuis 1990.

Les stocks de produits distillés (fioul et gaz de chauffage) ont aussi fortement baissé, de 9,7 MB, pour s’établir à 143,0 MB.

Ces impressionnantes variations sont en grande partie dues à la vague de froid polaire qui s’est abattue mi-février sur une grande partie du territoire américain, notamment au Texas, le poumon énergétique des Etats-Unis.

«La tempête hivernale sans précédent au Texas a fait tomber l’activité de raffinage à son plus bas historique, avec une cadence passant sous les 10 millions de barils (mbj) par jour pour la première fois depuis 1982, année où l’EIA a commencé à publier ses données hebdomadaires», explique Matt Smith de ClipperData.

Les raffineries américaines ont fonctionné à seulement 56% de leurs capacités, traitant en moyenne 9,9 mbj.

«Les Etats encadrant le golfe du Mexique se sont taillés la part du lion de cette chute. Les volumes de pétrole brut traité y sont tombés de 2,1 mbj», détaille l’expert.

Dans le même temps, la production américaine, mise à l’arrêt lors de la vague de froid, a redémarré.

Les Etats-Unis ont ainsi extrait en moyenne 10 mbj, une hausse de 300.000 barils par jour par rapport à la semaine précédente.

En hausse avant la publication du rapport, le cours du baril new-yorkais de WTI pour livraison en avril accentuait ses gains et s’échangeait à 61,53 dollars (+ 2,98%) à 16H00 GMT.

Du côté de la demande implicite, 19,6 mbj ont été fournis aux Américains la semaine dernière. Ce chiffre est légèrement supérieur à celui de la semaine précédente, mais inférieur d’environ 4% au niveau observé l’an dernier à la même période.

Par ailleurs, les importations américaines de brut ont augmenté de 1,7 mbj et les exportations se sont maintenues à leur niveau de la semaine précédente.

A lire aussi...