Le pétrole remonte avec l’espoir d’une reprise de l’économie US

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine en hausse de 0,4% à 27,15 dollars et le WTI finit sur un gain de 2,8%, à 24,01 dollars.

Les prix du pétrole sont remontés mardi dans un marché anticipant une possible reprise de l’activité économique aux Etats-Unis, qui serait synonyme de demande en hausse.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fini à 27,15 dollars à Londres, en hausse de 0,4% par rapport à la clôture de lundi.

A New York, le baril américain de WTI pour mai a pris 2,8%, à 24,01 dollars.

La veille, les deux barils de référence avaient déjà progressé à l’issue d’une séance particulièrement volatile.

Proches de l’équilibre mardi, les cours ont connu un sursaut en fin de séance après des déclarations de Donald Trump, qui a assuré qu’il «adorerait» lever les restrictions contre le coronavirus et mis en garde contre un confinement prolongé aux Etats-Unis.

Ces propos du président américain ont fait espérer aux acteurs du marché une augmentation prochaine de la demande en or noir, fortement lestée par la pandémie de coronavirus.

Par ailleurs, les investisseurs «espèrent que les États-Unis vont bientôt parvenir à un accord sur un programme d’aide de 2.000 milliards de dollars» pour contrer les effets de la pandémie, a estimé Al Stanton, de RBC.

Le texte a déjà échoué deux fois au Sénat américain, Républicains et Démocrates se montrant incapables de s’accorder, mais les discussions se poursuivaient mardi en coulisses.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a également annoncé lundi une nouvelle salve de mesures - dont l’achat illimité d’obligations ainsi que divers mécanismes d’aide directe aux entreprises, y compris les PME - pour préserver la première économie du monde des graves conséquences du Covid-19.

Il n’y a pour autant «aucun signe d’une réduction de l’offre de pétrole», avait indiqué Naeem Aslam d’Avatrade, de quoi expliquer que «les prix du brut se négocient toujours en dessous du niveau critique de 30 dollars», dans un contexte de guerre des prix entre l’Arabie saoudite et la Russie.

Le Fonds monétaire international (FMI) a par ailleurs alerté mardi sur une «forte baisse» de la croissance cette année de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), plombée par la double peine du nouveau coronavirus et de la faiblesse des prix du pétrole.

A lire aussi...