Delta et l’espoir d’un plan de relance US font grimper le pétrole

AWP

1 minutes de lecture

Brent et WTI grimpent de plus de 3% à respectivement 43,34 et 41,19 dollars.

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse jeudi, soutenus par les négociations d’un plan de relance à Washington mais aussi par l’impact potentiel du passage de l’ouragan Delta dans le Golfe du Mexique.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a terminé la séance en hausse de 3,21% à 43,34 dollars contre 41,99 dollars mercredi (+1,35 dollar).

A New York, le baril américain de WTI pour novembre a fini en progrès de 3,10%, à 41,19 dollars contre 39,95 dollars (+1,24 dollar).

«Plusieurs facteurs jouent à la hausse. La perspective d’un stimulus budgétaire est de toute évidence très importante (...) mais aussi la tempête, qui va soutenir les cours de façon temporaire, et enfin le rapport de l’OPEP», a indiqué Bart Melek de TD Securities.

Dans un rapport annuel, l’OPEP a notamment souligné que la pandémie de Covid-19 avait un effet plus prononcé sur la demande pétrolière dans les pays développés de l’OCDE. En résumé, selon Bart Melek, le cartel laisse entendre qu’il «pourrait annuler l’augmentation de la production prévue au début de l’année prochaine», ce qui est bon pour le prix de l’or noir.

Sur le front du plan de soutien à l’économie américaine, la Maison Blanche et les démocrates ont repris jeudi les négociations pour tenter, malgré leurs divergences, d’adopter un nouveau plan de relance économique crucial. Le président Donald Trump s’est montré plus optimiste que deux jours plus tôt où il avait sonné la fin des négociations.

«Je ne crois pas un instant qu’il ne puisse pas y avoir de relance budgétaire. Même si cela n’arrivait qu’après les élections, ça n’a pas d’importance, ce n’est que dans trois semaines», a souligné l’analyste de TD Securities.

Par ailleurs, l’ouragan Delta s’est encore rapproché jeudi des Etats-Unis, après s’être abattu sur le sud-est du Mexique. Au terme de sa traversée du Golfe du Mexique, Delta s’est renforcé en catégorie 2, sur une échelle qui en compte 5, selon le Centre américain des Ouragans (NHC) basé à Miami, en Floride.

Même si, selon Bjornar Tonhaugen analyste en chef chez Rystad, la menace de la tempête a déjà été prise en compte dans les cours du brut, «son passage vers la Louisiane a conduit à la fermeture de 80% des unités américaines de production dans le Golfe du Mexique».

«Plus de 180 installations offshore ont été évacuées», a aussi rappelé Han Tan, analyste de FXTM.

Les observateurs de marchés sont restés par ailleurs attentifs à la situation en Norvège où une grève qui paralyse déjà six gisements pétroliers pourrait s’étendre la semaine prochaine au plus grand champ pétrolier du pays.

A lire aussi...