Chine-USA: les retombées économiques mondiales

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Les effets indirects en Europe pourraient être préjudiciables, notamment parce qu’ils dépendent de plus en plus du commerce, contrairement à la Chine.

Si les tarifs que les États-Unis et la Chine ont appliqués l’un contre l’autre restent en place pendant le reste de l’année, les conséquences macroéconomiques directes à court terme dans l’un ou l’autre pays seront probablement minimes – à moins que des réservoirs de confiance des ménages et des entreprises ne soient mis en place. Cela dit, les risques les plus importants peuvent se cacher ailleurs.

Un ralentissement significatif de la demande intérieure américaine résultant du différend commercial pourrait entraîner des baisses de taux. La Réserve fédérale est dans l’attente, mais les chances d’une réduction du taux «d’assurance» ont augmenté.

Pour la Chine, le principal risque est que les effets combinés des restrictions à l’investissement, des contrôles à l’exportation et des droits de douane réforment les chaînes d’approvisionnement et affaiblissent les investissements dans le secteur manufacturier, en particulier dans les secteurs technologiques porteurs de la croissance.

En Europe,

  • les frictions commerciales entre les États-Unis et la Chine auront des effets directs sur les secteurs à contenu technologique moyen à élevé, tels que les équipements de transport, les véhicules automobiles, le caoutchouc et les plastiques, les produits chimiques et les produits pharmaceutiques.
  • les effets indirects en Europe pourraient être plus préjudiciables, notamment parce qu’ils dépendent de plus en plus du commerce, contrairement à la Chine, et beaucoup plus que les États-Unis.