Les rôles de la Finma et du gouvernement doivent être dissociés

AWP

1 minutes de lecture

Le Conseil des Etats a tacitement adopté jeudi une motion du National en ce sens.

Les responsabilités du Conseil fédéral et de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) doivent être mieux dissociées. Le Conseil des Etats a tacitement adopté jeudi une motion du National en ce sens.

La Finma a essuyé ces dernières années de nombreux reproches. La branche critique des processus sans transparence et une indifférenciation entre grosses et petites entreprises.

Selon l’auteur de la motion Martin Landolt (PBD/GL), des ajustements sont nécessaires dans l’organisation et la gouvernance du secteur financier, d’autant plus que ces dix années ont été difficiles. Il ne s’agit cependant pas d’affaiblir la surveillance des marchés financiers ou l’indépendance de la Finma.

Le texte estime que le gouvernement devrait régler rapidement les questions en suspens au niveau de l’ordonnance. Le processus est en cours, a indiqué le ministre des finances Ueli Maurer. Son département est en train de mettre sur pied une modification d’ordonnance.

Pilotage politique dangereux

Au vu de ces derniers développements, la gauche a retiré sa minorité, estimant que la motion ne changeait plus rien. Elle a toutefois souligné qu’une nouvelle crise économique est toujours possible, avec notamment un risque de bulle immobilière, et qu’il est nécessaire de maintenir une autorité de surveillance forte et indépendante.

«L’autorégulation a fait preuve de son échec» et aboutit à la crise de 2008, a insisté Christian Levrat (PS/FR). «Et le pilotage politique de la Finma est extrêmement dangereux.»