Le Conseil fédéral reporte la votation populaire du 17 mai

AWP

1 minutes de lecture

Coronavirus oblige, le peuple devra attendre pour se prononcer sur l’initiative de l’UDC visant à résilier la libre circulation des personnes avec l’UE.

Il n’y aura pas de votation populaire le 17 mai, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Tous délais pour la récolte des signatures et le traitement des initiatives populaires et des demandes de référendum en cours seront temporairement suspendus.

La tenue correcte d’une votation populaire nécessite non seulement l’organisation de la votation au sens strict, mais implique aussi que les citoyens puissent se former librement leur opinion. Cela implique en particulier qu’une campagne puisse avoir lieu avant la votation, justifie le gouvernement.

Le Conseil fédéral et les médias jouent un rôle déterminant. Or raison de l’épidémie de COVID-19, les séances d’information et les manifestations publiques sont interdites. Les partis et autres acteurs politiques ne peuvent se réunir pour fixer leur mot d’ordre.

Europe, chasse et fiscalité

Sont ainsi reportées la votation sur l’initiative de l’UDC visant à résilier la libre circulation des personnes avec l’UE, la réforme de la loi sur la chasse et celle sur l’augmentation des déductions fiscales pour la garde extrafamiliale des enfants.

Le Conseil fédéral devra décider d’ici à fin mai s’il ordonne l’organisation d’un scrutin pour le 27 septembre et à déterminer, le cas échéant, les objets soumis au peuple.

Multinationales

L’allongement des délais concerne en particulier l’initiative sur les multinationales responsables. Le délai de traitement par le Parlement échoue le 10 avril.

La durée de la suspension des délais, la date à laquelle la suspension entrera en vigueur ainsi que les autres modalités seront réglées dans une ordonnance du Conseil fédéral. Enfin, le gouvernement recommande expressément aux cantons et aux communes de n’autoriser les assemblées communales que lorsque celles-ci sont absolument nécessaires.