La commission des finances du National pour deux semaines de congé paternité

AWP

1 minutes de lecture

Pour la majorité de la commission, ce contre-projet indirect constitue un compromis judicieux qui est aussi admissible du point de vue financier.

La solution du congé paternité adoptée cet été par le Conseil des Etats trouve un premier soutien au Conseil national. Sa commission des finances est favorable à deux semaines de congé à prendre dans les six mois suivant la naissance de l’enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées.

Pour la majorité de la commission, ce contre-projet indirect constitue un compromis judicieux qui est aussi admissible du point de vue financier, eu égard à la faiblesse des coûts par rapport aux avantages. La commission, qui s’est prononcée à titre subsidiaire, le soutient par 16 voix contre 6, adressant un co-rapport à la commission de la science, de l’éducation et de la culture, compétente en la matière.

La minorité, à l’instar du Conseil fédéral, ne voulait pas entrer en matière sur les projets. Elle a souligné pour sa part le niveau élevé des coûts dans le domaine social, ont indiqué jeudi les services du Parlement.

Appelée à se prononcer sur l’initiative populaire «Pour un congé de paternité raisonnable - en faveur de toute la famille», rejetée par le Conseil des Etats, la commission des finances du National a suivi la Chambre des cantons par 16 voix contre 6. Le projet de sa minorité visant de rejeter les deux propositions a lui été écarté par 12 voix contre 8 et 2 abstentions.

Concilier vie professionnelle et familiale

Toujours dans un co-rapport, la commission des finances du National a décidé, par 12 voix contre 9, de soutenir le projet de loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge de proches. La majorité considère que le projet est judicieux et financièrement équilibré, puisqu’il permet de procéder à des allégements ciblés avec peu de ressources.