Suivi de Zurich Insurance par Bordier

Loïc Bhend, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

La valorisation est plutôt élevée mais elle n’est pas exagérée compte tenu de la robustesse du groupe.

Zurich a tenu récemment sa journée des investisseurs. C’était l’occasion de présenter un nouveau set d’objectifs pour la période 2020-22 après que les objectifs du plan 2017-19 aient été globalement atteints ou dépassés.

Il n’y a pas de révolution dans la méthode, puisque celle-ci a très bien fonctionné sur le dernier exercice. Mais la barre est fixée un cran plus haut et prend les devants sur les estimations.

Dans le détail, le management vise d’ici 2022: 1) un rendement des fonds propres (BoPAT ROE) >14%, jusqu’à 15% en 2022 (>12% jusqu’à maintenant), 2) une croissance annualisée du BPA d’au moins 5% (nouveau), 3) une génération de liquidités cumulée de 11,5 milliards de dollars sur la période (>9,5 milliards de dollars précédemment), 4) un ratio de solvabilité économique interne cible (Z-ECM) entre 100% - 120% (inchangé) et 5) un taux de distribution de dividende d’environ 75% (inchangé).

Le marché a accueilli positivement ces annonces qui redonnent du potentiel au cours. Nous nous laissons porter par le momentum et une saisonnalité favorable d’ci au détachement du dividende (avril).

La valorisation est plutôt élevée mais elle n’est pas exagérée compte tenu de la robustesse du groupe, à 12,8x les bénéfices 2020e (10% de prime) et 1,66x les fonds propres 2020e (30% de prime) pour un ROE de 12,9% (20% supérieur) et un rendement du dividende de 5,5%, en ligne avec le secteur.