Suivi de Wirecard par Bordier

Daniel Pellet, Bordier & Cie

2 minutes de lecture

Les résultats trimestriels dépassent les attentes... mais ce n'est pas le sujet! Le marché attend les résultats de l’enquête de KPMG.

Wirecard annonce ce matin des résultats solides (chiffres supérieurs aux attentes), dont une croissance du FCF particulièrement forte (+80% a/a). Les perspectives 2019 ont été réitérées, alors que le management donnait ses premières perspectives pour 2020, proches du consensus. Des résultats très bons dans un marché dynamique (la numérisation des paiements n’en étant qu’à ses débuts) … mais ce n’est pas le sujet! Le marché attend les résultats de l’enquête indépendante de KPMG sur la comptabilité du groupe et ses structures de partenariat. Le rapport devrait être rendu à la fin du T1 2020.

Le volume de transactions au T3 est en nette progression (+38% à EUR124.2mia, ou +33.2% en organique), grâce à « Digital goods » (+56% a/a) et «Consumer goods» (+33% a/a), ce qui permet aux revenus de ressortir à EUR731.5mio (+36.8% et +35.2% en organique), soit nettement au-dessus des attentes du consensus (EUR715.4mio). L’Ebitda atteint EUR211mio (+40%), avec une marge de 28.9%, en hausse de 120bps a/a, un niveau également sensiblement supérieur aux attentes (EUR208.4mio). On relèvera la forte progression du FCF (+80% à EUR172mio) et une position cash net qui atteint EUR870mio à fin septembre (après 700mio à fin juin). Sur 9 mois, les revenus du groupe ressortent à EUR1.94mia (+36.7% et +34.8% en organique), l’Ebitda à EUR553.1mio (+38% en org.), avec un  marge en hausse de 34bps a/a à 28.5%.

Le management se montre à nouveau  très optimiste» pour l’exercice en cours, confirmant les perspectives globales pour le groupe, après avoir remonté la guidance d’Ebitda en août dernier (EUR765-815mio, soit en milieu de fourchette EUR790mio, vs consensus à EUR788.6mio). Ce matin, Wirecard donne ses premières indications pour l’exercice 2020: l’Ebitda est attendu entre EUR1.0 et 1.2mia, soit EUR1.06mia en milieu de range, comparé au consensus de EUR1.045mia. Les tendances fondamentales du secteur sont confirmées : hausse des paiements sans cash, croissance du e-Commerce et numérisation des paiements, accroissement des transactions «processées» avec les clients actuels et hausse du nombre de nouveaux clients, économies d’échelle et amélioration de la contribution positive des acquisitions récentes.

Les nouvelles récentes vont plutôt dans le bon sens: le programme de rachat d’actions (jusqu’à EUR200mio, ou 2.5mio d’actions) a démarré hier pour une période de 12 mois. Selon les estimations (basées sur le cours de clôture d’hier), l’effet relutif de ce plan sur les BNA serait de 1.3%. L’audit indépendant de KPMG, qui devrait porter pour l’essentiel sur les accusations portées par le FT (comptabilité et système de partenariats), devrait s’achever par un rapport à la fin du T1 2020.

Enfin, le groupe est entré sur le marché chinois, annonçant hier l’acquisition de AllScore, un PSP (Payment Service Provider) chinois. Groupe qui compte 120 employés, All-Score détient un portefeuille de licences attrayant (acquisition de transactions de paiements sur Internet, paiements transfrontières, licence bancaire d’émission de cartes de la Banque Populaire de Chine). Wirecard détiendra 80% de ce groupe dans un premier temps, avec une option sur les 20% restant. Le prix de cette acquisition nous paraît très raisonnable (EUR72mio, EUR109mio si l’on inclut l’option et un paiement indexé sur les performances à venir) et n’a pas d’impact sur l’Ebitda 2020. Relution estimée de 2-3% à partir de 2021.

En attendant une normalisation de la situation, on relèvera à nouveau l’évolution très satisfaisante au niveau opérationnel et une évaluation très raisonnable, même si le stress du marché sur ce titre est toujours palpable.