Suivi de Nestlé par Bordier

Christophe Laborde, Bordier & Cie

2 minutes de lecture

Nestlé a amorcé un virage important et il est clair que le nouveau management, la restructuration en cours et les moyens financiers sont là pour écrire une nouvelle page.

Nestlé a publié ce matin ses résultats pour le S1 2018. La croissance organique des ventes est supérieure aux attentes (T2 plus fort), l’opérationnel est en ligne alors que BPA et Free cash flow sont meilleurs. Une belle surprise pour le marché, surtout au niveau de la croissance organique des ventes, qui permet à Nestlé de réitérer avec confiance ses objectifs 2018… certains en doutaient.

Le CA du groupe a progressé de +2,3% à 43,92 milliards de francs au S1 2018. Cette hausse se décompose en un effet périmètre nul, un impact des changes de -0.5% et une croissance organique des ventes de +2,8%. La bonne surprise vient du niveau de croissance organique qui n’a pas fléchi au T2 (+2,8%) alors que le consensus anticipait à peine +2,2% à cause des grèves au Brésil et du ralentissement dans certains émergents. Certes à +2,8%, elle est encore modeste mais s’avère de qualité supérieure: 1/ le mix+volumes s’apprécie de +2,4% (consensus à +1,8%); 2/ la performance est tirée par toutes les zones (Europe, La-tam, Afrique Océanie Asie). La croissance organique des ventes est de +1,5% sur les marchés développés et de +4,3% sur les émergents.

L’EBIT sous-jacent (underlying operating profit) progresse de +3,5% à 7,1 milliards de francs, en ligne avec les attentes. La marge s’améliore de +20pb pour atteindre 16,1%. Même si légèrement en deçà des attentes (+30pb à 16,2%), la marge aura bénéficié des restructurations et des mesures de gains de productivité mises en place depuis plus d’un an qui ont permis de compenser des coûts de MP et de transports plus élevés (+90 millions de francs -> -20pb) .

La deuxième bonne surprise de cette publication vient de la progression plus forte que prévu du BPA sous-jacent (+10,4% à 1,86 franc vs +5%) aidée par des produits de cession, un taux d’impôt plus favorable et un programme de rachat d’actions efficace (contribution de +1.5% à la croissance du BPA). Soulignons également la forte génération de free cash flow (+52%, de 1,9 milliard de francs à 2,9 milliards de francs) dynamisée par une amélioration du BFR, moins d’impôts et la solide performance opérationnelle.  

Dans ces conditions, il est plus facile pour le management de confirmer sa guidance annuelle de croissance organique des ventes vue entre +2% et +4%, précisant qu’elle serait d’environ +3%! Le groupe réitère également son objectif d’amélioration de marge opérationnelle sans oublier les objectifs 2020 (retour à un objectif de croissance organique des ventes autour de +5% et d’une marge entre 17,5% et 18,5% après 2020).

La sous-performance du titre par rapport au secteur en YTD (-4%) dénotait l’hésitation et les craintes des investisseurs. Or, le CA du T2 et les résultats du S1 montrent que l’inflexion se matérialise dans les résultats. De plus, l’effet devises n’est pas handicapant pour Nestlé à l’inverse d’autres sociétés du secteur (-4/5%) reportant en €.

Nestlé a amorcé un virage important dans son histoire et il est clair que le nouveau management, la restructuration en cours (700 millions de francs en 2018) et les moyens financiers sont là pour écrire une nouvelle page. Le groupe se concentre sur ses 4 activités à plus forte croissance et les mieux margées (60% EBIT groupe): Nutrition animale, Café, Eaux et Nutrition infantile. Pour le reste, l'approche est pragmatique: cessions d’actifs sous performants (confiserie US en janvier, Gerber Life Insurance). De plus, si le Food reste le focus stratégique du groupe, le Consumer Health va constituer un relais de croissance… des acquisitions sont à venir (Atrium en décembre pour 2,3 milliards de dollars, Terrafertil en février)… la participation actuelle de 23% dans L’Oréal (valeur de 24 milliards d’euros) aidera si besoin! Nestlé fait plus que jamais partie de nos Core Holdings.