Y-a-t-il un potentiel de valeur dans les émergents?

Raheel Altaf, Artemis IM

1 minutes de lecture

Est-ce le bon moment d’investir dans les marchés émergents ou les investisseurs courent-ils le risque de tomber dans des value traps?

 

Les pays émergents sont à nouveau sous pression. La vente massive qui a touché tous les marchés mondiaux en octobre a occasionné de nouvelles chutes des cours des actions, entraînant, dans les pays émergents, une chute des indices à des niveaux inférieurs à ceux de début 2017. Au cours des douze derniers mois, l’indice MSCI Emerging Markets a perdu 10,1% (chiffre exprimé en euros)1.
En dépit de cette volatilité (globale), il y a lieu de croire que, en comparaison des autres régions, les marchés émergents recèlent un vrai potentiel de valeur. Bon nombre des problèmes qui ont conduit à une détérioration du sentiment, à savoir la crainte d’une guerre commerciale et un dollar américain plus fort, sont probablement déjà inclus dans les cours des actions. Le dollar américain s’est stabilisé et la Banque Centrale chinoise a réinjecté des liquidités sur le marché. Le gouvernement chinois a également annoncé des mesures de relance supplémentaires pour les particuliers, comme par exemple des baisses d’impôt et une réduction de certaines taxes (sur les voitures, par exemple). Nous devrions en constater les effets dans les mois à venir. L’indice MSCI Emerging Markets se négocie actuellement à 10,4x les bénéfices attendus, juste au-dessus des planchers d’août 2015 et début 2016.

Les marchés émergents continuent d’offrir l’accès
à des sociétés de premier rang mondial.

Il est intéressant de constater que dans la baisse des marchés en Octobre, les titres ‘value’ se sont mieux tenus que les titres «growth» dans toutes les régions du globe. Dans les pays émergents, cette tendance a démarré fin juillet, ce qui n’est pas forcément surprenant alors que les valorisations devenaient difficiles à justifier pour certains titres défensifs ou perçus comme capables d’afficher une forte croissance pendant longtemps (dans la technologie notamment). Simultanément, la hausse des prix du pétrole a supporté les titres pétroliers, qui apparaissent régulièrement dans la poche «Value». Mais cela signale-t-il le début de la rotation tant attendue en faveur des titres ‘value’?

Si les marchés émergents dans leur ensemble traitent à des niveaux de valorisation historiquement bas, c’est encore plus le cas pour le fonds Artemis Global Emerging Markets. Notre portefeuille se paie en moyenne 7,5x les bénéfices attendus, soit une décote de 28% par rapport au marché. Malgré la surperformance du fonds ces derniers mois, cette valorisation relative reste proche de son plancher historique et continue de le démarquer des fonds comparables.

En termes d’allocation géographique la Chine et la Russie sont les plus représentées dans le fonds tandis que la Corée et Taiwan, très marqués valeurs technologiques, constituent les plus faibles pondérations du portefeuille. L’allocation sectorielle donne la part belle à l’énergie, aux services collectifs et à la construction, secteurs qui restent sous-représentés dans les portefeuilles au niveau global. Nous sommes moins exposés aux segments très populaires tels que la technologie et les bien de consommation.  

Nous pensons que, les marchés émergents continuent d’offrir l’accès à des sociétés de premier rang mondial avec des perspectives de croissance attractives et ce, souvent à des valorisations bien plus attrayantes que celles d’autres marchés.

1 Evolution de l’Indice MSCI Emerging Markets Total Return entre le 31/10/2017 et le 31/10/2018. Source: Lipper.

A lire aussi...