Une politique dépendante des données statistiques

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Au regard des chiffres du chômage aux États-Unis, la politique «data-dependant» de la Fed est évidente.


©Keystone

La Réserve fédérale américaine poursuit un double mandat. D'une part, elle doit maintenir la stabilité des prix. De l’autre, elle doit viser le plein emploi. Les deux éléments de ce mandat, luttes contre l'inflation et le chômage, sont intégrés dans le concept du TCNA (ou NAIRU en anglais), le «taux de chômage à inflation stationnaire». En conséquence, cet indicateur fournit des informations utiles sur le comportement de la banque centrale américaine. Dans le graphique de cette semaine, nous examinons la relation entre TCNA et taux de chômage réel ainsi que son incidence sur le taux directeur de la Fed.

Une fois que le taux de chômage a touché le fond,
la Fed a mis fin à son cycle de hausse.

Comme le montre notre graphique, la Fed commence à relever les taux d’intérêt lorsque le taux de chômage réel chute à des niveaux proches du TCNA, c'est-à-dire lorsque l'écart entre les deux valeurs se réduit à moins d'un demi-point de pourcentage. La Fed a maintenu les taux à la hausse tant que cet écart, qui, du moins à court terme, est principalement attribuable aux variations du taux de chômage réel, a continué de diminuer. Une fois que le taux de chômage a touché le fond, la Fed a mis fin à son cycle de hausse. Et lorsque le taux de chômage est remonté au-dessus du TCNA, la banque centrale a recommencé à baisser les taux. 

L'expérience des cycles précédents permet d'expliquer le comportement actuel de la Fed. Lorsque le taux de chômage, qui a grimpé à 10% pendant la grande récession, est tombé à un niveau à peine supérieur au TCNA en décembre 2015, les banquiers centraux ont amorcé le cycle de relèvement des taux d’intérêt. Aujourd'hui, alors qu'il est de plus en plus évident que la dynamique du marché du travail s'essouffle, les décideurs ont signalé qu'il fallait faire une pause et examiner la dynamique économique afin d'évaluer la voie à suivre. En d'autres termes, la trajectoire de la politique de la Fed dépendra des données observées. Ce n'est pas aussi naturel qu’il apparaît. Premièrement, il y a quelques mois à peine, c'est la crainte des investisseurs que la politique monétaire de la Fed ne soit trop prédéterminée qui a fait baisser les marchés boursiers. Deuxièmement, cela signifie que la Fed prendra ses décisions pratiquement en même temps que le marché. Mettre l'accent sur la «dépendance aux données» est exactement le message que nous attendons de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) de la semaine prochaine.