Un cycle d’investissement installé au Japon

Marc Brütsch, Swiss Life Asset Managers

1 minutes de lecture

Le principal moteur de croissance est l’investissement des entreprises avec un cycle positif sur fond de marché du travail très tendu.


© Keystone

Déjà surprenante en prévision initiale, la croissance japonaise a été revue à la hausse en publication définitive grâce aux investissements des entreprises meilleurs que prévus. Nous avons donc relevé la prévision annuelle de 10 pb, à 0,7%, même si la croissance trimestrielle devrait être bien inférieure sur le reste de l’année. En effet, le conflit commercial et le raffermissement du yen pèsent sur la demande extérieure et les exportations; la forte chute des importations au premier trimestre devrait, elle, s’inverser lors des prochains trimestres. La consommation des ménages devrait aussi rester faible, leur moral étant au plus bas depuis début 2015. Les salaires réels sont comprimés par le cumul de la stagnation des salaires nominaux et une inflation temporairement plus élevée. Le principal moteur de croissance est l’investissement des entreprises avec un cycle positif toujours en place sur fond de marché du travail très tendu et de taux d’intérêt historiquement bas.

La pression est donc sur les dirigeants chinois pour prendre
des mesures de relance et éviter un net ralentissement.
Economie sous pression en Chine

Notons un ralentissement généralisé de l’activité chinoise en mai suite au regain de tensions avec Washington au début du mois. La production industrielle annuelle a ralenti à 5,0%, un plus bas depuis 2002. Au plus bas aussi, depuis 9 mois, les investissements en actifs immobilisés, en baisse dans l’immobilier et les infrastructures. Seules les ventes au détail ont grimpé. Une partie est sûrement due au décalage de la Fête du Travail, et à davantage de jours fériés en mai par rapport à l’an dernier. La pression est donc sur les dirigeants chinois pour prendre des mesures de relance et éviter un net ralentissement. La Chine peut se permettre des mesures d’assouplissement: baisses ciblées et généralisées du ratio des réserves obligatoires des grandes banques du pays, rabais fiscaux pour les entreprises touchées par les droits de douane, émissions d’obligations d’Etat locales pour soutenir les investissements en infrastructures, amélioration de l’exécution des baisses de taxes et frais déjà promises.

A lire aussi...