Retourner le cadeau - Week Ahead de Allianz Global Investors

Greg Meier, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Les perspectives dépendent en partie de la capacité des consommateurs à regarder au travers de l'incertitude, à reconnaître leur salaire croissant et à «rendre le cadeau».

Les perspectives de l'économie mondiale se sont assombries. Ces dernières semaines, les prévisionnistes de l'OCDE et de la Banque centrale européenne ont réduit leurs estimations de la croissance et de l'inflation. La Réserve fédérale américaine et la Banque du Japon pourraient bientôt faire de même. Comme nous l'avons mentionné précédemment, l'une des principales raisons du ralentissement de la croissance mondiale est l'incertitude accrue, particulièrement en ce qui concerne le commerce extérieur des États-Unis et la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

Toutefois, bien que la production commerciale et manufacturière ait subi des pressions, il existe encore des points forts notables. Dans de nombreux pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis des décennies ou presque. Cela contribue à accroître la richesse des ménages et à forcer les entreprises à payer des salaires plus élevés. Une question clé pour les investisseurs est de savoir ce que ces tendances signifient pour les bénéfices des sociétés. Si les entreprises ne peuvent pas répercuter des coûts plus élevés sur leurs clients – ce qui n'est pas encore évident compte tenu de la faiblesse récente de l'inflation – leur résultat net peut se comprimer. Ainsi, les perspectives dépendent en partie de la capacité des consommateurs à regarder au travers de l'incertitude, à reconnaître leur salaire croissant et à «rendre le cadeau».

La semaine à venir

Le calendrier à venir devrait garder les investisseurs sur leurs gardes. Au Japon, par exemple, nous obtiendrons des mises à jour sur la question de savoir si la production industrielle, la fabrication, les importations et les exportations étaient encore en baisse en janvier et février. À l'autre bout du monde, les investisseurs britanniques devraient toujours se concentrer sur Brexit, les votes parlementaires étant prévus avant la date du divorce du 29 mars, au moment où nous mettons sous presse. Nous obtiendrons également de nouveaux chiffres sur les prix des maisons au Royaume-Uni, les salaires hebdomadaires moyens des travailleurs, les ventes au détail et un rappel sur la politique monétaire de la Banque d'Angleterre.

En Allemagne, les principaux événements seront probablement les conditions de fabrication et les prévisions économiques. Bien que le secteur manufacturier se soit contracté en février au rythme le plus rapide en plus de trois ans, les attentes se sont récemment redressées. Pour l'ensemble de la zone euro, les indicateurs clés à surveiller comprennent le coût de la main-d'œuvre, la production dans le secteur de la construction et les chiffres préliminaires de mars pour le secteur manufacturier et la confiance des consommateurs.

Aux États-Unis, les données économiques ont été bruyantes cette année en raison du mauvais temps et de la fermeture du gouvernement. Pendant des semaines, les investisseurs sont restés aveugles et les principales publications de données ont été annulées ou retardées. La levée de la panne de données a révélé une économie généralement plus faible qu'on ne le croyait auparavant. Nous nous attendons à ce que les responsables de la Réserve fédérale reconnaissent la détérioration lorsqu'ils se réuniront mercredi pour décider de l'évolution des taux d'intérêt et de la politique de bilan. Bien qu'une baisse immédiate des taux d'intérêt soit peu probable, les projections de la Fed en matière de croissance et d'inflation pourraient être revues à la baisse, la nécessité de faire preuve d'une «patience» soutenue étant bien présente. Les indicateurs économiques avancés des États-Unis – qui sont à la baisse depuis plusieurs mois – sont mis à jour jeudi.

Nos modèles techniques indiquent toujours une position prudente temporaire sur les actions mondiales. Aux États-Unis, les actions se heurtent à des niveaux de résistance clés, après un début d'année record en quatre décennies. Bien que la plupart des secteurs défensifs se négocient déjà au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours, les secteurs cycliques peuvent encore avoir un potentiel de rattrapage. Les actions européennes à forte exposition aux marchés émergents se portent bien, car les pays en développement sont favorisés par les changements de sentiment, et le dollar américain s'est redressé après avoir atteint des niveaux de soutien clés. Sur les marchés des matières premières, le pétrole connaît une forte résistance, les métaux industriels semblent toucher le fond et les métaux précieux ont perdu leur élan.