Obligations convertibles: vers la meilleure année depuis la crise

Communiqué, Fisch Asset Management

2 minutes de lecture

«Dans la phase actuelle du marché, les convertibles constituent une alternative intéressante aux actions et aux obligations», selon Stephanie Zwick de Fisch AM.

Stephanie Zwick, responsable des obligations convertibles chez Fisch Asset Management à Zurich, prévoit des entrées dans la classe d'actifs d'obligations convertibles pour le reste de l'année. «Dans la phase actuelle du marché, les convertibles constituent une alternative intéressante aux actions et aux obligations. Les niveaux des marchés actions étant élevés et les perspectives économiques plus sombres, les investisseurs en actions recherchent de plus en plus une protection à la baisse, tandis que les investisseurs obligataires ont besoin d’investissements capables de générer des rendements plus élevés.

Comme pour les marchés d'actions, les États-Unis sont le moteur des marchés d'obligations convertibles. Un exemple en est la performance depuis le début de l'année, où les noms américains sont en tête, mais c'est particulièrement vrai pour les nouvelles émissions. «Le volume en 2018 est très encourageant et, à la fin du mois d'août, s'élevait à environ 75 milliards de dollars selon les données de Thomson Reuters. En extrapolant, cette année pourrait s'avérer la meilleure depuis la crise financière. Le fait que la plus grande économie du monde ait produit près de la moitié des nouvelles émissions est remarquable», a déclaré M. Zwick.

«La hausse des taux aux États-Unis a conduit les entreprises US
à émettre plus de convertibles comme moyen de refinancement moins coûteux.»

«La faiblesse des émissions en dehors de l'Europe peut surprendre de prime abord, mais c'est logique si l'on considère les quatre principaux marchés des obligations convertibles: les États-Unis, l'Europe, le Japon et l'Asie hors Japon. La hausse des taux d'intérêt aux États-Unis a conduit les entreprises américaines à émettre davantage de convertibles comme moyen de refinancement moins coûteux. Les obligations convertibles étant émises avec un coupon inférieur à celui des obligations d'entreprise, le refinancement au moyen d'obligations convertibles est particulièrement intéressant, du point de vue de l'émetteur, lorsque les taux d'intérêt sont à la hausse. Nous avons vu entrer en scène de nombreux émetteurs bien connus, comme Twitter et Illumina. D'autres sociétés, comme Etsy, sont de nouveaux venus sur le marché des obligations convertibles. La ventilation par secteur est un autre élément frappant. Environ la moitié des nouvelles émissions aux États-Unis à ce jour proviennent du secteur de la technologie, suivi du secteur de la santé, à 14% ", a déclaré Mme. Zwick.

Les valeurs technologiques, qui représentent environ un quart de l'ensemble du marché des actions aux États-Unis, sont une forte source de rendement sur le marché des obligations convertibles cette année. «Toutefois, la tendance positive des prix aux États-Unis ne se reflète pas dans tous les indices convertibles mondiaux. En effet, les émissions européennes constituent une part importante des indices convertibles de première qualité. Pour un gestionnaire d'actifs actif, la surpondération des valeurs américaines, technologiques et cycliques s'est avérée payante cette année. Cela dit, un examen attentif de la qualité du crédit et des modèles économiques était nécessaire pour éviter de prendre trop de risques, en particulier dans le cas des nombreuses sociétés éditrices de logiciels qui ont émis des obligations convertibles. En fin de compte, les obligations convertibles sont un type d'obligations, et le remboursement à l'échéance reste une caractéristique clé de l'investissement dans ces obligations», a fait remarquer le responsable des obligations convertibles de Fisch.

«Nous nous attendons à ce que la volatilité des marchés augmente.»

En ce qui concerne les perspectives futures, Stephanie Zwick a poursuivi en disant: «Nous nous attendons à ce que la volatilité des marchés augmente parce que les derniers indicateurs économiques en provenance d'Europe et de Chine sont plus faibles. Alors que la banque centrale chinoise prend des contre-mesures et poursuit une fois de plus une politique monétaire relativement expansionniste, la Banque centrale européenne suit toujours la même voie que la Réserve fédérale américaine, mais avec un certain retard. Nos perspectives pour les marchés d'actions sont encore légèrement positives, mais les obligations convertibles ont beaucoup d'atouts dans ces conditions de marché: en ces temps de plus en plus incertains, elles offrent à l'investisseur un rapport rendement/risque optimal».