Nouveaux assouplissements en Chine

Marc Brütsch, Swiss Life Asset Managers

1 minutes de lecture

Les dernières mesures de Pékin restent prudentes en regard des cycles de relance antérieurs. Le Japon s’approche de son potentiel de croissance.


©Keystone

Le gouvernement chinois est fermement décidé à stimuler une économie nationale freinée par la campagne de lutte contre le risque financier et par le conflit commercial avec les Etats-Unis, qui ont pesé sur la confiance des ménages et des entreprises. Le gouvernement a encore réaffirmé cet engagement ce mois-ci dans sa feuille de route portant les objectifs économiques à atteindre en 2019, dans laquelle le Premier ministre a dévoilé 2’000 milliards de yuans de baisses d’impôts et l’émission spéciale d’obligations par les collectivités locales pour financer les infrastructures.

Si les mesures annoncées confirment une volonté d’encourager la croissance, elles restent prudentes en regard des cycles de relance antérieurs, le pays cherchant avant tout à s’assurer un rythme de croissance plus durable. La Chine a abaissé son objectif de croissance à une fourchette de 6 à 6,5% pour 2019 et se montre ainsi prête à accepter un ralentissement de son activité. Entre-temps, quelques indicateurs, comme l’agrégat large du crédit ou les ventes de détail, montrent déjà des signes de stabilisation.

Au Japon, la hausse de la taxe sur la consommation prévue pour octobre
incitera les ménages à anticiper leurs achats.

L’économie japonaise souffre de la faiblesse de la demande extérieure et de l’essoufflement de ses moteurs d’activité intérieurs. Parmi ces derniers figurent un marché du travail extrêmement tendu, qui bride le potentiel de croissance alimenté par l’offre, et une politique monétaire arrivée aux limites de l’accommodation. Nous attendons cette année une croissance proche de son potentiel, mais aussi de fortes fluctuations d’un trimestre à l’autre.

La hausse de la taxe sur la consommation prévue pour octobre incitera les ménages à anticiper leurs achats, avant que l’activité ne freine brusquement au quatrième trimestre. Le gouvernement a annoncé des mesures de relance, dont l’effet concret sur la croissance est difficile à prévoir. Les plans de relance précédents avaient plutôt déçu en raison du niveau extrêmement ténu des multiplicateurs budgétaires au Japon. Si la hausse des prix doit évidemment connaître un pic temporaire avec le relèvement de la taxe sur la consommation, nous prévoyons une tendance d’inflation sous-jacente très faible, de l’ordre de 0-0,5%.
 

Lire également