Mexique: des risques de détérioration

Vladimir C. F. do Vale, Indosuez Wealth Management

2 minutes de lecture

Le pays est confronté à un ralentissement économique imputable à des facteurs tant internes qu’externes.


© Keystone

C’est une période difficile pour le Mexique. Le pays est confronté à un ralentissement économique imputable à des facteurs tant internes qu’externes. Au début du mois, dans un double coup porté au pays par les agences de notation, Fitch a abaissé la note de la dette souveraine du pays, tandis que Moody's a abaissé sa perspective sur la notation de la dette souveraine à négative. Bien que notre scénario ne tablait pas sur une détérioration marquée de la situation à court terme, une nouvelle dégradation de la position budgétaire semble probable. Le nœud du problème réside dans la nécessité inéluctable de soutenir Pemex, la compagnie pétrolière nationale. Quelle que soit la solution trouvée pour régler le problème de son bilan, elle impliquera inéluctablement une dégradation de la position budgétaire.

La production pétrolière de Pemex a diminué au fil des ans (de plus de 50% depuis le début des années 2000), une situation que le président López Obrador s'est engagé à changer. Toutefois, la nouvelle administration a également signalé que la participation privée ou étrangère à l'extraction du pétrole resterait en suspens, une nouvelle qui à elle seule a entraîné une surcharge du bilan de l'entreprise. De plus, le gouvernement a également promis de construire une nouvelle raffinerie, une décision qui augmentera les besoins de financement.

Depuis 2014, le Mexique a réussi dans une certaine mesure à assainir ses finances publiques. Il a affiché des excédents primaires au cours des deux dernières années et le gouvernement s'est fixé un objectif de 1% d'excédent primaire pour cette année. Toutefois, la ventilation des comptes du secteur public montre que les bons résultats sont en partie dus aux recettes fiscales de Pemex. Cela a également entraîné une forte baisse de l'investissement public et limité la marge de manœuvre pour réduire les dépenses.

La réouverture du secteur pétrolier aux investisseurs privés et étrangers
pourrait permettre de résoudre le problème de la baisse de la production.

Idéalement, cette situation pourrait être résolue, du moins en partie, par une réforme fiscale visant à élargir l'assiette fiscale en combinant des hausses d'impôts et la « formalisation » du marché du travail. Cela pourrait permettre de réduire les impôts et les dividendes dans le cadre des efforts de recapitalisation de Pemex. Toutefois, plusieurs gouvernements antérieurs ont déjà eu pour ambition de mettre en oeuvre une réforme fiscale dans ce sens, sans jamais réussir à la réaliser complètement. Rien ne laisse penser aujourd’hui que le gouvernement actuel réussira là où les précédents ont échoué, malgré un soutien politique plus large.

Évidemment, une autre solution pour atténuer le problème serait que le président López Obrador abandonne ou reporte au moins une partie de ses plans. La réouverture du secteur pétrolier aux investisseurs privés et étrangers pourrait permettre de résoudre le problème de la baisse de la production sans mettre trop de pression sur les dépenses en capital pour Pemex. La nouvelle raffinerie n'est, pour l'instant, qu'un projet et la construction n'a pas encore commencé. Cependant, le taux d'approbation dont jouit M. López Obrador, supérieur à 70% selon de récents sondages, signifie probablement qu'il ne subit pas beaucoup de pression qui pourrait l’obliger à adopter des politiques plus raisonnables.

Dans l'état actuel des choses, le soutien apporté à Pemex et d'autres mesures politiques visant à accroître les dépenses sociales s’avèrent en conflit avec l'objectif budgétaire. Une dégradation progressive de la situation budgétaire et, à terme, une nouvelle dégradation de la dette publique par les agences de notation n’est pas à exclure.