Banques japonaises bon marché pour de bonnes raisons

Archibald Ciganer, T. Rowe Price

3 minutes de lecture

Les investisseurs axés sur le rendement sont tentés de revenir sur ce marché, cependant des problèmes subsistent.


© Keystone

Les banques japonaises se négocient actuellement à des valorisations les plus basses depuis plus d'une décennie, ce qui encourage les investisseurs axés sur le rendement à revenir sur ce marché. Certes, les titres bancaires paraissent bon marché, mais ils le sont depuis de nombreuses années et, à notre avis, pour une bonne raison.

Compte tenu de la faiblesse actuelle des valorisations bancaires, toute amélioration de l'environnement des taux d'intérêt au Japon pourrait se refléter de manière exponentielle dans les cours des valeurs des banques. Bien que cet argument soit fondé, l'amélioration des taux ne suffit pas à elle seule à relever les défis sur le long terme qui demeurent dans ce secteur, y compris la sursaturation et les données démographiques défavorables.

Faibles perspectives de bénéfices et de rentabilité

L'assouplissement de la politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) a créé un environnement difficile pour les banques puissent réaliser des bénéfices. Une combinaison d'assouplissement quantitatif et de taux d'intérêt négatifs a eu un effet négatif sur les profits des banques japonaises.

Les banques ont reçu un coup dur en janvier 2016 avec l'introduction
par la BoJ d'une politique de taux d'intérêt négatif.

Traditionnellement, les banques commerciales font leur argent à partir des intérêts sur les prêts à la clientèle ainsi que des intérêts payés sur les réserves de liquidités détenues sur les dépôts à court terme. Depuis 2013, le programme d'assouplissement quantitatif de la BoJ, qui consiste à acheter d'importants volumes d'obligations d'État sur le marché libre, a supprimé les rendements obligataires à long terme. Pour les banques, cela s'est traduit par une baisse régulière de leurs bénéfices provenant de prêts. Au fur et à mesure que les obligations arrivaient à échéance, elles ont été remplacées par des obligations offrant des rendements de plus en plus faibles, ce qui a provoqué une diminution des intérêts prélevés par les banques sur les prêts à la clientèle. De plus, la baisse de la demande de nouveaux prêts de la part d'entreprises dont les liquidités sont solides et le vieillissement de la population ont aggravé l'impact négatif sur les bénéfices.

Les banques ont reçu un autre coup dur en janvier 2016 avec l'introduction par la BoJ d'une politique de taux d'intérêt négatif, qui leur impose des frais pour la détention de liquidités sur dépôts à court terme. Conçue pour encourager l'accroissement des dépenses et l'augmentation de la demande, cette politique a encore érodé les bénéfices des banques, le rendement de leurs réserves de liquidités s'étant presque entièrement volatilisé. Dans ce contexte, les perspectives de bénéfices du secteur semblent peu réjouissantes, et il est difficile de voir une évolution dans l’immédiat.

Un environnement hautement concurrentiel

Le Japon possède l'un des marchés bancaires les plus saturé du monde. Le nombre d'agences bancaires pour 100’000 habitants (y compris les agences postales qui offrent également des services bancaires) est de 34,0, comparativement à une moyenne mondiale de 12,2 dans les régions très peuplées, la densité des possibilités bancaires est particulièrement évidente, offrant ainsi aux clients un vaste choix. Compte tenu de ce contexte concurrentiel, les marges bénéficiaires sont de plus en plus serrées. La saturation des succursales bancaires est un problème structurel qui continuera de peser sur les résultats et bénéfices jusqu'à ce que nous assistions à une consolidation significative du secteur.

Évolution de tendances démographiques

Les perspectives pour de nombreuses banques régionales au Japon semblent particulièrement difficiles. Ces petites et moyennes banques desservent principalement les populations des régions moins urbanisées du pays à l'extérieur des grandes villes. Le crédit domestique étant leur activité principale, l'environnement négatif des taux d'intérêt a été préjudiciable. Les banques régionales ont vu une baisse régulière de leurs bénéfices au cours des dernières années, affichant des pertes ou des marges réduites à zéro.

Les banques régionales sont confrontées à des perspectives
décroissantes de leur volume de prêts.

En outre, les populations des zones rurales et suburbaines du Japon sont en diminution et vieillissent. Les banques régionales sont fortement exposées à ces tendances structurelles et, de ce fait, sont confrontées à des perspectives décroissantes de leur volume de prêts. Cette pression a déjà incité certaines banques régionales à fusionner afin de mieux faire face à la concurrence dans un environnement de plus en plus difficile. C'est un point positif, mais il faut qu’il y ait plus de consolidation dans l'industrie avant que les effets ne se fassent sentir de façon significative.

Pendant ce temps, d'autres banques régionales qui luttent pour accroître leur volume de prêts se tournent vers des actifs plus risqués et proposent d’autres services, comme le négoce de titres ou les fusions et acquisitions, pour améliorer leurs résultats nets. Étant donné le manque probable d'expertise dans ces domaines, cela expose le secteur financier japonais à toute une série de nouveaux risques potentiels.

Participations croisées

L'histoire de l'actionnariat croisé des entreprises japonaises est également pertinente à cet égard. Certes, l'amélioration des normes de gouvernance au cours de la dernière décennie s'est traduite par une réduction indéniable de la pratique de l'actionnariat interentreprises.

La lenteur du dénouement de ces arrangements complexes a contribué à encourager les investissements étrangers et à faire grimper les actions japonaises au cours des dernières années.

Néanmoins, la culture d'entreprises interdépendantes qui détiennent des participations importantes dans les activités de l'autre partie demeure une particularité du marché. Cela n'est nulle part aussi évident que dans le secteur bancaire, avec des entreprises qui comptent sur les prêteurs en tant qu'actionnaires amicaux afin d'assurer le financement, repousser les menaces de prise de contrôle et fournir un soutien uni contre les investisseurs les plus exigeants.

De réelles améliorations structurelles se mettent en place
tant sur le marché obligataire que celui des actions.

La propriété croisée est particulièrement évidente dans les grandes banques japonaises, mais de nombreuses banques de taille moyenne et petite entretiennent également des relations similaires avec des entreprises. Ces alliances souvent opaques entre entreprises sont l'antithèse d'une gouvernance progressiste, encourageant la complaisance de la direction et diluant la responsabilité envers les actionnaires minoritaires.

Bref, l'environnement bancaire japonais reste difficile. Le relâchement de la politique monétaire, les taux d'intérêt négatifs, la concurrence sur le marché et la croissance structurellement faible des prêts sont autant de facteurs négatifs pour les bénéfices. Afin d'accroître les bénéfices, certaines banques se diversifient également dans de nouvelles activités et régions, ce qui se traduit par un risque de crédit accru.

Enfin, nous restons positifs sur les perspectives du marché des actions japonaises. De réelles améliorations structurelles se mettent en place tant sur le marché obligataire que celui des actions et sont répercutées dans les rendements des entreprises, ce qui constitue une tendance positive à long terme. Cela dit, il est également primordial d'éviter les secteurs présentant une faiblesse structurelle, ce qui nécessite une approche active en matière d'investissement. Nous sommes convaincus que nous pouvons continuer à trouver des entreprises japonaises de qualité ayant un fort potentiel de croissance des bénéfices et, par conséquent, capables d'offrir un rendement supérieur à long terme.