Le vent d’est plus fort que le vent d’ouest?

Matthias Jenzer, Quilvest

1 minutes de lecture

Alors que les Etats-Unis mènent leur guerre commerciale, la politique pondérée chinoise va porter ses fruits auprès des investisseurs.

Il est difficile de retrouver, du moins sur le marché des actions, la vision de Mao de l’époque d’une Chine en plein développement. Pendant que le marché américain s’établit légèrement en-dessous de ses sommets absolus, les actions chinoises sont pénalisées. Un vent d’ouest glacial souffle sur les marchés!

Personne ne conteste l’ascension économique et technologique de la Chine. Entretemps, pour les Etats-Unis, son influence politique croissante semble ne plus être supportable. Les mesures sous forme de droits de douane et de tarifs sont économiquement contestées et ne généreront probablement aucun changement des projets chinois à long terme. Il semble bien plus qu’il s’agisse ici d’un calcul politique à court terme, car aux Etats-Unis, le vote pour la chambre des représentants américains aura bientôt lieu. Les droits de douane contre le «mauvais sujet» pourraient être un moyen simple de continuer à bénéficier de la faveur des électeurs. 

La Chine ne se laisse pas impressionner

Le comportement réactionnaire de la Chine fait preuve de pondération mais révèle aussi un arsenal limité de moyens appropriés pour résister. Le commerce extérieur est très important. Il est donc plus qu’intéressant de viser la désescalade pour autant qu’elle soit possible. La Chine est-elle donc perdante dans ce combat?

On compare beaucoup la situation à celle de 2015, lorsque, craignant une flambée conjoncturelle, la Chine a dévalué brutalement sa monnaie. Toutefois, la comparaison n’est pas valable. En effet, contrairement à 2015, jusqu’à présent la Chine n’enregistre aucuns départs de capitaux ce qui révèle notamment une confiance économique dans ce pays. Tous les indicateurs conjoncturels, par exemple le marché de l’immobilier, restent stables. Par rapport à il y a trois ans, les bénéfices des entreprises chinoises tendent à la hausse, sans qu’il y ait de rachats d’actions cosmétiques notoires. 

La Chine a allégé sa politique monétaire et fiscale afin d’amortir
de possibles conséquences négatives des droits sur l’économie.

La Chine reste focalisée sur ses objectifs déclarés à long terme. Des mesures à court terme servent à maintenir la stabilité économique. En réalité, la Chine a quelque peu allégé ces dernières semaines sa politique monétaire et fiscale afin d’amortir de possibles conséquences négatives des droits sur l’économie. Il s’agit toutefois de mesures modérées qui, sans saper l’objectif déclaré d’une stabilité financière durable, donnent un signal positif clair! 

évaluation avantageuse des actions

Malgré tout, le marché chinois des actions a perdu près de 20% depuis le début de l’année. Diverses évaluations telles que le PER ou la valeur comptable ne sont plus très éloignées des valeurs plancher de 2014. De nombreuses entreprises qui n’avaient jusqu’à présent rien à faire avec le commerce extérieur ont souffert. 

C’est une occasion avantageuse pour les investisseurs en actions sur le long terme de se tourner vers la Chine. Un conflit commercial ne peut pas être un objectif. Toute escalade de la part des Etats-Unis peut avoir des effets politiques contre-productifs pour Trump, car les entreprises américaines ont déjà exprimé des doutes et ne souhaitent certainement pas mettre en péril l’accès au lucratif espace économique chinois. La politique pondérée chinoise sera payante et les investisseurs peuvent se réjouir d’une chaude brise soufflant de l’est.