Le risque réel sur les marchés mondiaux d'aujourd'hui

Michael Hasenstab, Franklin Templeton

1 minutes de lecture

Le plus important risque pour l'économie mondiale est le paysage politique extrême qui prédomine dans de nombreuses régions du monde, notamment avec Donald Trump aux USA.

Alors que certains observateurs pourraient s'inquiéter de la fin du cycle économique mondial actuel, Michael Hasenstab, CIO de Templeton Global Macro, qualifie le ralentissement de la croissance que nous connaissons de ralentissement cyclique, et non de fin du cycle. Il se préoccupe davantage des vulnérabilités politiques qu'il constate dans l'économie mondiale d'aujourd'hui et affirme que la fragmentation croissante du monde due aux politiques populistes est une préoccupation majeure.

Un monde d'extrêmes

On me demande souvent quels sont, à mon avis, les risques les plus importants au sein de l'économie mondiale. Aujourd'hui, je dirais que c'est le paysage politique extrême dans de nombreuses régions du monde. Les frustrations croissantes dues à des facteurs tels que l'immigration et l'inégalité des revenus ont donné naissance au populisme, tant à gauche qu'à droite, qui peut conduire à des politiques économiques très dangereuses et financièrement insoutenables. Ces politiques populistes promettent beaucoup à court terme, mais ne peuvent être mises en œuvre à long terme, et peuvent accabler les gouvernements d'une dette importante.

Nous avons vu cette dynamique refaire surface à maintes reprises. Aux États-Unis, nous avons des frictions commerciales avec la Chine et l'incapacité du Congrès d'adopter un budget. La discorde qui règne au Royaume-Uni au sujet de Brexit et de la façon de la gérer en est un autre exemple. Et puis il y a la popularité croissante des partis anti-européens, anti-establishment, que ce soit en Allemagne, en Italie ou en Belgique, et le rejet par les Français de la vision du président Emmanuel Macron d'une Europe intégrée.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Retrouvez l’analyse complète de Michael Hasenstab en cliquant ici.