La Turquie secoue les marchés mais le risque de contagion est contenu

Didier Borowski, Matteo Germano, Yerlan Syzdykow, Amundi

1 minutes de lecture

Ankara a un rôle central dans le dossier de l’immigration. Il pourrait être dans l'intérêt des pays européens d'aider la Turquie à stabiliser son économie.

Crise turque. La dépréciation de la livre turque en août est la conséquence d'un régime de croissance insoutenable financé par la hausse de la dette privée (principalement la dette extérieure), associé à un déficit du compte courant excessivement financé par les flux de capitaux à court terme. A notre avis, l’économie connaît une crise classique de la balance des paiements. Avant même la récente crise, la Turquie était le pays le plus vulnérable parmi les principaux marchés émergents (EM). Une combinaison de mesures de politique monétaire, d'ajustements économiques et de recours temporaire à certaines formes de contrôle des capitaux pourrait potentiellement contribuer à atténuer la crise, avec une certaine désescalade possible sur le front géopolitique entre les Etats-Unis et la Turquie, mais à court terme, la volatilité restera élevée.

Risque de contagion. Alors que nous pouvons voir les effets de contagion de la crise turque s'étendre à l'extérieur du pays (par exemple, à travers l'exposition de certaines banques européennes ou les dommages potentiels d'un USD beaucoup plus fort sur d'autres EM vulnérables), nous pensons toujours qu'il s'agit d'un événement idiosyncratique, et non d'un déclencheur d'un mouvement systémique plus large, car il reflète principalement la fragilité économique du pays et le contexte politique. L'impact sur l'économie de la zone euro devrait être limité. La Turquie est cruciale en ce qui concerne la question de l'immigration: il pourrait même être dans l'intérêt des pays européens d'aider la Turquie à stabiliser son économie.