La croissance française n’arrive pas à accélérer

Philippe Waechter, Ostrum AM

1 minutes de lecture

Pour atteindre l’objectif de 1,4% sur l’année 2019, il faudrait une croissance de 0,43% à chacun des trois trimestres restants. C’est ambitieux.


© Keystone

La croissance du PIB français a légèrement décéléré au premier trimestre 2019 même si le chiffre arrondi est à 0,3% (non annualisé) comme aux deux trimestres précédents. En dépit des mesures de relance annoncées à la fin de l’année 2018, la croissance n’a pas été dopée par la hausse du pouvoir d’achat distribué.

Pour atteindre l’objectif de 1,4% sur l’année 2019 en moyenne, il faudrait une croissance de 0,43% à chacun des trois trimestres restants. C’est ambitieux.

La variation annuelle de l’activité est de 1,1% au premier trimestre, nettement en dessous de la tendance observée depuis la reprise de 2013 à 1,4%. Après l’accélération de 2017, résultant de l’environnement mondial très porteur, la croissance de l’économie française n’arrive pas à s’écarter du chiffre de sa croissance potentielle estimée généralement entre 1,2 et 1,3%.

Pour l’instant, les mesures mises en oeuvre par le gouvernement ne réussissent pas à aller au delà et cela est préoccupant dans un contexte où la vive hausse du prix de l’essence est une menace pour le pouvoir d’achat qui pénaliserait la demande des consommateurs.

Les contributions à la croissance trimestrielle du PIB sont faciles à retenir. La demande interne contribue à 0,3%, l’accumulation de stocks à 0,3% alors que le commerce extérieur freine la croissance avec une contribution de -0,3%.

Le point important est la légère accélération de la consommation des ménages dont la contribution passe de 0 en T4 2018 à 0,2% au premier trimestre. C’est à peine au-dessus de la moyenne observée depuis la reprise (0,15%) alors que les mesures du gouvernement visaient explicitement la consommation.

Les dépenses gouvernementales progressent moins vite et c’est pareil pour l’investissement dont la contribution diminue marginalement notamment en raison de la contraction de l’investissement des ménages. Du côté des entreprises, l’investissement est un peu plus fort qu’au dernier trimestre 2018 et c’est une bonne nouvelle. Cela reste cependant très limité. C’est insuffisant pour insuffler une dynamique solide au cycle de l’économie française.

La mauvaise surprise vient du commerce extérieur dont l’allure est moins robuste que ce que laissait penser les chiffres mensuels jusqu’en février. La contribution est franchement négative même si la contribution des importations est moins négative qu’en T4 2018. Ce sont les exportations qui stagnent et pénalisent la croissance. L’économie française est aussi pénalisée par le ralentissement du commerce mondial.

L’accumulation des stocks a tiré la croissance vers le haut. Son allure au deuxième trimestre dépendra de la dynamique de la demande. Si celle-ci se raffermit les stocks continueront de se garnir. En revanche, si la demande est moins vive, parce que le prix de l’essence augmente un peu trop vite, alors les entreprises pourraient réduire ces stocks ce qui pénaliserait le profil de l’activité.