Décrypter les cryptos

Laurent Kssis, Amun

2 minutes de lecture

Chronique blockchain. 2020 pourrait voir les freins à l’adoption des crypto-actifs disparaître. Ce qui invite à comprendre les enjeux de l’industrie.

Les réglementations et infrastructures d’abord. Les plus importantes d’entre elles concernent la surveillance des marchés crypto-actifs, le statut réglementaire des jetons, clé de la tokenisation d’autres actifs financiers et non-financiers, enfin la question de l’assurance des actifs dans l'industrie, un sujet crucial pour les dépositaires. Sur l’ensemble de ces points, force est de reconnaître que de gros progrès ont été réalisés ces 8 derniers mois. La conservation des titres d’abord: elle est beaucoup simple qu'elle ne l’était naguère encore. Il y a de plus en plus d’acteurs réglementés, aux États-Unis principalement. Le courtage ensuite:  les services institutionnels Prime des crypto-actifs (une forme de service de courtage à guichet unique) sont les plus recherchés par les fonds spéculatifs et les sociétés de trading. L'infrastructure de trading des crypto-actifs, enfin, souvent bien supérieure à celle de nombreux marchés financiers classiques, avec des API et un système de négociation avancé offrant une technologie de pointe dont la plupart des traders traditionnels rêvent.

Les avancées significatives en matière d’infrastructures du marché des Bitcoin
contribuent à créer un marché institutionnel plus grand et plus liquide.

Cela étant dit, des incertitudes perdurent, que seule une plus grande clarté réglementaire pourrait lever, renforçant ainsi le professionnalisme du secteur.

La liquidité du marché ensuite. Il est peu probable que le Bitcoin atteigne des volumes comparables à ceux du tracker connu sous le nom de SPY (S&P 500 Trust ETF, une référence sur le marché des trackers actions), au cours des cinq prochaines années. A titre d’exemple, le 4 février, environ 20 milliards de dollars de SPY ont été échangés. Etant rappelé que les estimations liées aux transactions sur Bitcoin sont souvent inexactes, les volumes sur les principales bourses – les «Real 10» (Bakkt, CME, Binance, Bitfinex, BitMEX, Coinbase, Deribit, FTX, Gemini, OKEX) – s’élevaient à 830'790'628 dollars en début de mois. Un montant certes plus élevé qu'un certain nombre de titres, mais pâle par rapport à ceux du SPY.

Les avancées significatives en matière d’infrastructures du marché des Bitcoin contribuent à créer un marché institutionnel plus grand et plus liquide. Un certain nombre de facteurs influeront sur cette évolution: le développement de marchés à terme et d'options robustes et réglementées (à la fois réglés en espèces et livrés physiquement) lancés dans un cadre réglementaire – comme ICE et les contrats de Bakkt –; le lancement d'un ETF Bitcoin sur le marché américain en 2021; l'amélioration des accords de surveillance du marché par les autorités tutelles pour le partage d’information du style KYC (connaître le client et les manipulations de marché) sur les plates-formes de négociation Bitcoin.

L'impact sur les marchés crypto-actifs dépendra de l’utilisation par ces CBDC
de la blockchain ainsi que de leur compatibilité avec les crypto-actifs existants.

L’impact des tentatives de digitalisation de la monnaie fiduciaire sur les marchés cryptos enfin.

Les efforts actuels des banques centrales pour numériser les fonds fiduciaires – par la Banque populaire de Chine notamment – visent à remplacer la masse monétaire M0 par une monnaie numérique de la banque centrale (CBDC), la principale différence étant que les particuliers peuvent directement déposer potentiellement leurs avoirs de la CBDC auprès de la banque centrale. Certains des avantages apparents d'une CBDC comprennent: des améliorations de la compensation interbancaire (car la compensation serait gérée de manière totalement numérique via un registre distribué), une réduction des coûts d'exploitation du système monétaire M0 et des politiques anti-blanchiment plus efficaces en lien avec une surveillance accrue. L'impact sur les marchés crypto-actifs dépendra de l’utilisation par ces CBDC de la blockchain ainsi que de leur compatibilité avec les crypto-actifs existants. Le signal de légitimation envoyé par les banques centrales mondiales qui utiliseront la blockchain est susceptible de contribuer à réduire les stigmates pesant sur l’industrie des crypto-actifs cryptographiques, ce qui est sans aucun doute un point positif.