Contraction du secteur manufacturier mondial

Philippe Waechter, Ostrum AM

1 minutes de lecture

Tant les pays développés que les émergents sont à des niveaux préoccupants. Le risque est une extension en territoire négatif.


©Keystone

L’indice mondial de l’enquête Markit pour le secteur manufacturier passe sous le seuil de 50 au mois de mai. C’est ce que montre le graphe. L’indice avait connu un point haut en décembre 2017 mais ralentit depuis et se contracte même en mai 2019.

Le mouvement de repli est d’une grande rapidité et montre à la fois que pour certaines régions la hausse de 2017 n’était pas soutenable (zone euro) mais surtout que, tout au long de 2018, est mis en place un cadre non coopératif et non coordonné à l’échelle globale, principalement sous l’impulsion du président américain.

La contraction (on parlera de récession du secteur si l’indice passe durablement au-dessous de 50) du secteur manufacturier reflète le net ralentissement des échanges (on échange principalement des biens manufacturiers) provoqué par la hausse des tarifs douaniers mis en place par la Maison Blanche.

Le détail par grandes zones montre que le repli récent résulte de la fin de l’impulsion budgétaire américaine (les 2 indices américains s’étaient écartés fortement de l’allure de l’indice mondial pour des raisons liées à la politique budgétaire). Très brutalement l’indice Markit a chuté à 50,5 pendant que l’indice ISM, plus volatil, revenait à 52,1. L’impulsion américaine n’est plus ce qu’elle était.

La Chine est juste au-dessus de 50 et la zone euro reste en zone de contraction. Non montré sur le graphique l’indice émergent est encore un peu au-dessus de 50 à 50,4 mais l’indice BRIC est à 50,8. Les BRIC vont un peu mieux que les émergents non BRIC. Le Royaume Uni passe sous le seuil de 50 à 49,4 et le Japon replonge sous le seuil de 50 à 49,8.

En zone euro, l’indice global reflète les fragilités de l’Allemagne. Néanmoins aucun autre pays n’a la capacité de contrebalancer la fragilité observée outre-Rhin.

En gros, le secteur manufacturier des pays développés tend à se contracter, son indice est à 49,2 alors que les émergents ne ralentissent que plus lentement. Les deux régions sont dans des zones préoccupantes.

Le risque est une extension en territoire négatif de ces indicateurs. En effet, la baisse profonde des taux d’intérêt de long terme traduit le pessimisme des investisseurs qui n’ont plus envie de faire de paris sur l’avenir. Si cette perception est prolongée, alors on ne peut pas exclure une contraction supplémentaire de l’activité et des échanges.