Chômage partiel: l’Europe s’ouvre la voie d’une reprise en douceur

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Dans les 5 grandes économies européennes, 27% de la population active est actuellement en chômage partiel.

Alors qu’il est monté en flèche aux États-Unis, le taux de chômage n'a augmenté que modérément en Europe au cours des deux derniers mois. L’importance du recours au chômage partiel dans les principales économies européennes – comme alternative aux licenciements massifs – expliquent pour l’essentiel cette différence.

Jusqu’ici, les grands pays de la zone euro ont contenu une flambée du chômage par un recours sans précédent au temps partiel. En mars, le taux de chômage de la zone euro n’avait augmenté que de 0,1 point de pourcentage, pour atteindre 7,4%.

Dans les 5 grandes économies européennes, 27% de la population active est actuellement en chômage partiel. Les dispositifs déployés ont clairement contribué à protéger les emplois et les revenus des ménages. Ils devraient aussi soutenir la consommation durant le dé-confinement des populations. Nous prévoyons néanmoins un taux de chômage à 8,5% en 2020.

Les dispositifs de chômage partiel ouvrent la voie également une reprise économique plus rapide. Moins onéreuses pour les Etats que les allocations chômage --puisqu’ils répercutent sur l’entreprise une partie du fardeau de la baisse de l'activité--, ces dispositifs préservent en outre le lien entre les entreprises et leurs employés. Autrement dit: le maintien de la «productivité du capital humain» des premières dispense les seconds d’un effort important et durable d’épargne de précaution.

Cependant, la suppression progressive de ces dispositifs ne se fera pas sans peine: certains secteurs, comme le tourisme ou l'hôtellerie, connaîtront probablement une reprise beaucoup plus lente.

A lire aussi...