Candriam publie une étude destinée aux investisseurs

Communiqué, Candriam

1 minutes de lecture

L'étude souligne l’importance des matières premières dans la transition énergétique, définissant ainsi une approche responsable en la matière.

Au centre des débats sur l’urgence climatique, le secteur de l’énergie est appelé à se remettre profondément en question, avec des conséquences importantes sur celui des transports qui, en phase d’électrification, pourrait jouer un rôle essentiel vers une mobilité plus propre. Aujourd’hui, 200 millions de véhicules sont utilisés en Europe; ils représentent 55% des émissions de CO2.

Quoique fortement régulé, le secteur automobile est bien celui où le consommateur final contribue le plus directement et de manière significative à la lutte contre le réchauffement climatique par ses choix de consommation (électrique, hybride, diesel, etc.). La plupart des technologies «vertes» adoptées ont déjà démontré leur efficacité, plus particulièrement concernant la réduction de la consommation de carburant et des émissions de CO2 associées.

«Le marché des véhicules électriques a connu une croissance de +27% en 2017, comparée à +4,5% pour le secteur automobile en Europe. Une hausse qui s’explique par des règlementations environnementales de plus en plus strictes et une demande portée par tout un écosystème», conclut Wim Van Hyfte, Global Head of Responsible Investment and Research de Candriam. «Les sociétés minières et métallurgiques sont considérées comme problématiques par de nombreux investisseurs, mais elles sont essentielles pour permettre aux sociétés de transport d'atteindre leurs objectifs en matière d'émissions».

Dans cette étude, la recherche ISR de Candriam met en lumière les différentes options visant à continuer de réduire l’impact des véhicules: allègement, réduction des émissions et électrification des véhicules. Ce faisant, elle analyse et met en perspective les enjeux afférents aux métaux qui les composent: acier, aluminium, platinoïdes, lithium, nickel, cobalt ou cuivre sont la clé des solutions visant à rendre le secteur des transports plus durable.

«Derrière chaque minerai se cache un risque et des opportunités», déclare Vincent Hamelink, Chief Investment Officer – Investment Management. «Sans minimiser les impacts, néfastes pour l’environnement et les populations, qui peuvent dériver d’une extraction aveugle des minerais nécessaires à la production des métaux, une exclusion pure et simple de ce secteur pourrait impacter jusqu’à l’émergence d’opportunités liées à la transition énergétique. Face aux enjeux du changement climatique, le secteur minier doit faire sa part dans la genèse de solutions pour une économie plus verte et durable».

 

Cliquez ici pour télécharger l'étude complète.