Buenos Aires apporte un air rafraîchissant

Fabrizio Pagani, Muzinich & Co

1 minutes de lecture

Fabrizio Pagani estime que la réunion de Buenos Aires s’est tenue sur un ton plus constructif en matière de coopération économique mondiale.

 
  • Commerce - États-Unis / Chine: les deux parties sont convenues d'un délai de 90 jours au cours duquel elles se réuniront pour progresser et éventuellement parvenir à un accord commercial plus global incluant la propriété intellectuelle et la cybersécurité. En termes de marché, c'est une bonne nouvelle étant donné le fardeau que des droits de douane plus élevés auraient eu sur l'économie mondiale. Ce n'est qu'une étape intermédiaire, mais tout ce qui est fait pour désamorcer la confrontation est positif.
  • Économie mondiale: le G20 a donné un signal positif. Les dirigeants mondiaux continuent de croire en la forte croissance économique mondiale actuelle, même si celle-ci est moins synchronisée au niveau mondial. Cependant, la discussion a porté sur le niveau de la dette mondiale – privée, publique et sur les marchés émergents – qui est considérée comme une vulnérabilité croissante. En ce qui concerne les États souverains à fort endettement, en particulier dans les pays de la zone euro, le G20 recommande une politique budgétaire qui reconstitue les marges de sécurité afin de garantir la viabilité de la dette publique.
  • Système financier: le G20 accorde une attention croissante au financement des petites et moyennes entreprises (PME) et a souligné la nécessité de parvenir à une intermédiation financière non bancaire résiliente. Muzinich pense que c'est un élément important pour le développement ultérieur des outils et stratégies de la dette privée.
  • Autres problèmes mondiaux: le G20 argentin a acheté un nouveau sujet: l'intégrité des entreprises publiques, ce qui constitue une ouverture intéressante des pays émergents qui ont jusqu'à présent été réticents à coopérer sur ce type de problème.