Brexit: toujours pas de feuille de route malgré l'offre de l'UE

Franklin Templeton

1 minutes de lecture

Le délai de six mois proposé au Royaume-Uni pourrait tout simplement permettre d'éviter des problèmes à l'avenir.

Le Brexit a peut-être encore été retardé. L'Union européenne a proposé d'accorder plus de temps au Royaume-Uni pour décider comment il veut la quitter. Bien que cette mesure puisse empêcher un Brexit à court terme, le responsable du Fixed Income européen de Franklin Templeton, David Zahn, pense qu'elle pourrait tout simplement permettre d'éviter des problèmes à l'avenir.

L'offre de l'Union européenne de retarder le Brexit jusqu'au 31 octobre a également accru l'incertitude entourant toute la saga. Et les marchés financiers détestent l'incertitude.

Nous considérons cette offre d'extension comme un autre cas où les autorités ont donné un coup de pied dans la poubelle. Il ne semble pas y avoir d'accord sur la façon de parvenir à une conclusion.

Il en résulte une incertitude persistante pour les marchés. Cela signifie probablement que la livre sterling restera sous pression et soumise au caprice des manchettes politiques du moment. Les obligations d'État britanniques resteront probablement très recherchées par les investisseurs en attendant un résultat.

Même la longue prolongation
n'élimine pas la possibilité d'un Brexit sans accord.

La principale motivation de la demande britannique d'extension de Brexit et de l'offre de l'UE semble être le désir d'éviter un Brexit sans accord.

Mais il n'en demeure pas moins qu'un No-deal continue d'être une possibilité.

Même si l'Europe a proposé une prolongation, elle doit encore être ratifiée par le Parlement britannique.

Nous ne pensons pas que ce soit aussi clair que certains le prédisent. L'une des conditions de l'offre d'extension est que le Royaume-Uni participe aux élections du Parlement européen en mai. Il est probable que cela irritera davantage les partisans de la ligne dure, et nous nous attendons à ce qu'il faille faire preuve de persuasion pour faire adopter cette mesure par la Chambre des communes.

Et même la longue prolongation n'élimine pas la possibilité d'un Brexit sans accord. Elle pourrait encore se produire à la fin de la prolongation si aucun progrès n'a été réalisé.

Un partisan du Brexit plus intransigeant
que Theresa May devrait prendre les rênes.

Bien qu'il ne soit manifestement pas dans l'intérêt du Parti conservateur de déclencher des élections générales dans les circonstances actuelles, il est difficile de voir comment Theresa May pourrait demeurer première ministre du Royaume-Uni à la lumière d'une longue prolongation du Brexit. Nous pensons qu'elle aurait probablement pu survivre jusqu'à la fin juin si l'UE avait accédé à sa demande de courte prorogation.

Nous nous attendons maintenant à ce qu'elle se retire et le résultat le plus probable semble être qu'un partisan du Brexit plus intransigeant prendra les rênes. Cela apportera probablement une approche différente aux négociations avec l'Europe.

L'Europe a insisté sur le fait qu'elle ne renégociera pas, mais les circonstances pourraient changer au cours des six prochains mois.

Au cours de cette période, nous prévoyons que l'incertitude persistante contribuera probablement à accroître la volatilité, tant sur les marchés que sur le plan politique.

A lire aussi...