Au revoir, le Royaume-Uni…

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. D'un point de vue économique, Bruxelles doit beaucoup aux responsables politiques britanniques.


© Keystone

Depuis le 1er février 2020, le Royaume-Uni (UK) n’est plus membre de l'Union européenne (UE). Plus de 40 ans après son adhésion, la majorité des électeurs britanniques ont décidé que l'avenir de leur pays ne sera plus lié à ce qui était autrefois la Communauté économique européenne (CEE). La majorité des électeurs d'Angleterre et du Pays de Galles ont fait de même. Leurs collègues écossais et nord-irlandais étaient enclins à rester. La question de savoir si le Royaume-Uni restera réellement uni après le Brexit est l'une des nombreuses questions politiques auxquelles seul le temps pourra répondre.

Jusqu'à la fin de l'année 2020 et peut-être au-delà,
le Royaume-Uni fera toujours partie du marché unique.

Les choses semblent simples lorsqu'on examine les performances économiques du Royaume-Uni au cours de ses quatre décennies d'adhésion à l'UE et à la CEE. Dans notre «graphique de la semaine» d'aujourd'hui, nous examinons l'évolution du produit intérieur brut (PIB), le critère de référence pour évaluer le bien-être économique d'une nation. Après avoir connu des difficultés dans les années 1970, le Royaume-Uni s'est remarquablement bien comporté sur le plan économique, comme le montre notre graphique. Une fois les réformes des années 1980 entrées en vigueur, le Royaume-Uni a réussi à rattraper la France puis à se hisser à la première place à partir des années 1990. Une comparaison avec l'Allemagne est quelque peu délicate en raison de la réunification. Toutefois, si l'on prend l'Allemagne unifiée comme référence, on constate que le Royaume-Uni a réalisé une performance encore plus impressionnante.

Et le secret de leur succès ne réside pas dans une hausse de la dette. Au niveau européen, le Royaume-Uni a continué à faire pression pour une politique économique orientée vers le marché et favorable à l'offre. D'un point de vue économique, Bruxelles doit beaucoup aux dirigeants britanniques au cours des années qui ont précédé le Brexit, notamment pour le marché unique de l'Union européenne. Heureusement, nous ne disons pas encore tout à fait adieu à nos amis britanniques. Jusqu'à la fin de l'année 2020 et peut-être au-delà, le Royaume-Uni fera toujours partie du marché unique. Le Brexit pourrait bien occuper l'actualité politique pendant de nombreux mois encore.

A lire aussi...