Peut-on concilier produit structuré et ISR?

Claire Douchy, Société Générale Private Banking

2 minutes de lecture

Selon la stricte définition de l’ISR, les produits structurés ne sont pas ISR, quoique… ce n’est pas si simple.

Avant d’apporter un éclairage sur leur caractère ISR (Investissement Socialement Responsable), comprenons ce qu’est un produit structuré. 

Il s’agit d’un support d’investissement élaboré à partir de plusieurs instruments financiers. Il est en général construit à partir d’un support de type EMTN (euro medium term note), c'est-à-dire un titre de dette émis le plus souvent par une banque, qui comporte également des produits dérivés plus ou moins complexes indexés à des sous-jacents aussi divers que des devises, des actions ou des obligations, des indices, des matières premières par exemple.   

Investir sur toutes les classes d’actifs pour des durées variées.

Ces produits permettent ainsi d’investir sur toutes les classes d’actifs, pour des durées variées et correspondent à des profils de risques très divers. Leur souplesse et le fait qu’on puisse les construire sous certaines conditions de montant en solutions sur-mesure en font l’une des offres incontournables des banques privées pour leurs clients fortunés, avertis dès lors qu’ils ont les connaissances et l’expérience adéquates et que ces produits répondent à leurs objectifs de risques et d’horizon d’investissement.

Alors, peuvent-ils être proposés à des clients privés à la recherche d’investissements socialement responsables? 

A première vue, si on retient la définition officielle de l’ISR1 dont le but est d’intégrer les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les décisions d’investissement afin de mieux gérer les risques et générer des revenus durables et positifs, on serait tenté de répondre non à cause de la composante «produit dérivé», des produits exclus des portefeuilles ISR car considérés comme spéculatifs et donc aux antipodes de la finance durable. 

Cependant, si on retient l’intention de l’investisseur qui recherche par son placement à combiner rendement financier et impact positif sur les enjeux de développement durable, alors on peut imaginer des solutions qui répondent à ces objectifs. 

Il existe également des produits structurés offrant une dimension de partage.

C’est le cas par exemple des produits structurés dont le sous-jacent est un indice ou un panier de valeurs choisies en tenant compte des critères ESG. Pour autant que le rendement du produit est positivement indexé aux cours des actions sous-jacentes, que sa maturité (c'est-à-dire la durée de placement) est suffisamment longue (plusieurs années) et qu’il n’y a pas de mécanisme de remboursement avant une certaine échéance (au moins un an), alors bien des conditions sont remplies pour que le produit puisse intégrer un portefeuille durable. 

Il existe également des produits structurés offrant une dimension de partage. Avec ce type de produit, un don proportionnel au montant investit par l’investisseur est effectué au profit d’une ONG qui œuvre à la réalisation d’un ou plusieurs objectifs de développement durable. Le don étant directement lié à l’investissement, on peut comprendre que ce dernier aura un impact sociétal effectif. Là encore, pour autant que le sous-jacent intègre bien des critères ESG, ce produit aurait toute sa place dans un portefeuille durable. 

Si pour certains produits financiers leur caractère d’investissement socialement responsable ne soulève aucune question, le cas des produits structurés est plus complexe. Cependant, en prêtant attention à la construction du produit, il est possible d’atteindre des objectifs durables et ainsi de proposer une solution attractive et efficace à un client qui souhaiterait avoir un impact positif sur les défis de notre planète et sur le développement durable grâce à son épargne.

1  Cf united Nation – principles for responsible investment https://www.unpri.org/pri/what-is-responsible-investment