Veraison veut qu’Implenia se scinde en deux entités

AWP

1 minutes de lecture

La société d’investissements zurichoise souhaite que le numéro un suisse de la construction sépare ses activités de développement de projet et de gros oeuvre.

Veraison Capital veut qu’Implenia se scinde en deux entités. La société d’investissements zurichoise qui vient de former un groupe d’actionnaires avec Parmino Holding, entreprise détenue par Max Rössler, souhaite que le numéro un suisse de la construction sépare ses activités de développement de projet et de gros oeuvre.

Dans une interview publiée mercredi sur le site The Market, le co-fondateur de Veraison Capital Gregor Greber précise que l’activité de développement devrait être séparée du groupe pour ensuite être cotée en Bourse. Cette unité, «parfaitement gérée et positionnée» dispose d’importantes et attrayantes réserves foncières, lesquelles doivent être valorisées à long terme.

Les réserves foncières d’Implenia sont inscrites au bilan du groupe de construction zurichois pour un montant de 199 millions de francs. Se référant à des analyses externes, M. Greber estime leur valeur ainsi que celle de la division à pas moins de 400 millions de francs.

M. Greber note que Veraison mène un «dialogue constructif» avec le président d’Implenia, Hans Ulrich Meister. Ce dernier a assuré la société d’investissement zurichoise que les réserves foncières du groupe de construction, né de la fusion en 2006 du genevois Zschokke et du bâlois Batigroup, ne doit pas être utilisée pour des subventions croisées ou pour financer l’activité de construction.

Investisseur militant

M. Greber n’a pas souhaité s’exprimer pour l’heure quant à un abandon des activités d’Implenia à l’étranger. La direction du groupe de construction, notamment actif en Allemagne, en Autriche et en Norvège, est convaincue de maîtriser la gestion de projets et des risques. «Une conviction dont nous sommes heureux», a-t-il commenté.

Contacté par AWP, Implenia a fait savoir par un porte-parole avoir pris note des exigences de Veraison, précisant lui aussi qu’un dialogue constructif est mené avec le groupe d’actionnaires.

A la Bourse suisse, le titre Implenia a terminé en nette hausse de 1,5% à 36,30 francs. L’indice élargi SPI a quant à lui clôturé en petite progression de 0,13%.

Actionnaire qualifié d’activiste, Veraison Capital a annoncé vendredi dernier s’allier à la société d’investissements Parmino Holding de Max Rössler, laquelle contrôle avec ce dernier 16,3% d’Implenia pour former un groupe détenant 18,1% des titres du groupe de construction. M. Rössler figure au rang des propriétaires de référence de l’entreprise sise à Dietlikon, en banlieue zurichoise, depuis sa fondation.

Veraison peut être défini comme un actionnaire activiste mettant à profit son influence pour imposer sa vision stratégique auprès de la direction d’une entreprise. M. Greber et Valentin Chapero, ancien patron du fabricant d’implants auditifs Sonova, représentent les hommes forts de la société zurichoise qui détient des participations significatives dans différentes entreprises cotées à la Bourse suisse, notamment Comet, Komax, Meyer Burger, Calida ou encore Ascom.

Selon les propos tenus vendredi dernier par M. Greber, Implenia est massivement sous-évalué par rapport à sa capacité bénéficiaire et à la valeur de ses actifs. L’engagement de Veraison doit permettre au géant de la construction d’atteindre son plein potentiel.