Trump minimise le conflit avec la Chine

AWP

1 minutes de lecture

Le président américain le qualifie de «petite querelle», tout en déclarant qu’un accord est tout à fait possible.

Donald Trump a minimisé mardi le conflit commercial avec la Chine, le qualifiant de «petite querelle» et estimant toujours possible un accord commercial pour y mettre fin.

Les Chinois «veulent nouer un accord. Cela peut tout à fait se faire», a-t-il également déclaré avant son départ en Louisiane et au lendemain de l’annonce de représailles chinoises à la hausse de tarifs douaniers américains.

Mettant en avant la solidité de l’économie américaine, il a toutefois de nouveau affirmé qu’il n’accepterait qu’un «bon accord» ou rien du tout.

Le président américain ne cesse de louer les droits de douane supplémentaires affirmant que ceux-ci remplissent les caisses de l’Etat, bien qu’ils soient supportés par les importateurs et les consommateurs américains.

Interrogés sur l’impact négatif pour certaines entreprises américaines, il les a incitées à se fournir «ailleurs qu’en Chine ou elles peuvent --ce qui est véritablement l’idée-- produire aux Etats-Unis».

Plus tôt, il avait tenté de rassurer les agriculteurs américains affirmant qu’ils seront «parmi les plus grands bénéficiaires» de la guerre commerciale avec la Chine, bien que ceux-ci soient actuellement affectés par les représailles chinoises.

«Espérons que la Chine nous fasse l’honneur de continuer à acheter nos formidables produits agricoles, les meilleurs, mais si tel n’était pas le cas votre pays paiera la différence sur la base d’achat très élevé de la Chine...», avait-il assuré à l’adresse de la profession dans un de ses nombreux tweets matinaux.

Selon lui, cet argent proviendra des droits de douane «massifs» payés pour autoriser la Chine, «ou d’autres» pays à faire des affaires aux Etats-Unis.

«Les agriculteurs ont été oubliés depuis des années. Leur temps est venu maintenant!», a-t-il également dit.

En attendant, les agriculteurs sont parmi les premières victimes collatérales de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine qui s’est traduite par l’imposition mutuelle de droits de douane supplémentaires sur des centaines de milliards de dollars de biens.

De plus, les agriculteurs subissent les représailles de l’Union européenne prises au printemps 2018 après l’imposition des tarifs douaniers supplémentaires sur l’acier et l’aluminium.

Face aux inquiétudes du secteur agricole et aux critiques des représentants des Etats agricoles, l’administration Trump avait annoncé le 25 juillet dernier l’octroi d’un plan d’aide d’urgence de 12 milliards de dollars pour compenser les pertes de revenus des agriculteurs en particulier les producteurs de soja, de porc, de fruits, de riz et de lait.

La semaine dernière, la Fédération des producteurs américains de soja (ASA) avait exhorté Donald Trump à abandonner sa politique des droits de douane, estimant qu’elle ne faisait que créer une incertitude «inacceptable pour les agriculteurs américains».

«Nous gagnons toujours» les conflits, a enfin lancé Donald Trump.