Sika ouvre deux nouveaux sites au Kazakhstan

Communiqué, Sika

1 minutes de lecture

«Les nouvelles installations de production renforceront considérablement notre position concurrentielle», a commenté Ivo Schädler, responsable régional EMEA.

 

Sika étend sa présence au Kazakhstan et renforce sa position dans deux des régions en croissance du pays. Pour renforcer les activités de production existantes à Almaty, dans le sud-est du pays, Sika met simultanément en service deux autres usines de production d'additifs pour béton, l'une dans la capitale Astana et l'autre à Atyraou, dans l'ouest du pays.

La capitale du pays, Astana, et la région occidentale du Kazakhstan sont des marchés attrayants: au cours des trois dernières années seulement, environ 17 milliards de dollars américains ont afflué sur le marché dynamique de la construction d'Astana. Des projets importants tels que le nouveau système de transport ferroviaire léger sur rail d'Astana (TLR) et la structure d'Abu Dhabi Plaza, qui sera le plus haut bâtiment d'Asie centrale, alimentent une demande substantielle en béton. Cela s'applique également à l'industrie pétrolière et gazière de la région d'Atyrau. Le canal d’accès Prorva, qui reliera l’un des plus grands gisements de pétrole de la région – le gisement de Tengiz – avec la mer Caspienne, en est un exemple.

«Avec Astana et Atyrau, nous exploitons deux marchés régionaux prometteurs», a commenté Ivo Schädler, responsable régional EMEA. «Cela accélérera considérablement notre croissance au Kazakhstan. Parallèlement, les nouvelles installations de production renforceront considérablement notre position concurrentielle, puisque nous pourrons produire localement, à proximité de nos clients et avec une chaîne d'approvisionnement optimisée».

DIVERSIFICATION DE L'ÉCONOMIE À LA DEMANDE DE LA CONSTRUCTION

L'économie du Kazakhstan assiste à une nette tendance à la hausse, tirée par la hausse du prix du pétrole, l'augmentation des investissements chinois et le programme de dépenses d'équipement de l'État visant à accroître la diversification du pays et à réduire sa dépendance au pétrole. Selon les estimations, le secteur de la construction devrait connaître une croissance de 5,9% en 2018, avec une croissance annuelle moyenne de 4,9% jusqu'en 2022.