Perspectives d’emploi sombres dans la banque et la restauration

AWP

1 minutes de lecture

Le baromètre se situait à 5,6 points en avril, contre 4,4 pour le premier trimestre, indique vendredi le KOF.

Le baromètre de l’emploi calculé par l’institut d’études conjoncturelles (KOF) de l’EPFZ indique en avril une légère amélioration par rapport au premier trimestre. Mais la situation varie beaucoup d’une branche à l’autre, avec une détérioration sensible dans les banques et la restauration.

Le baromètre se situait à 5,6 points en avril, contre 4,4 (chiffre révisé) pour le premier trimestre, indique vendredi le KOF, sur la base d’un questionnaire aux entreprises concernant leur situation et leurs intentions en matière d’embauche.

Une majorité des sondées estiment que leurs effectifs sont «trop réduits». Du coup, une majorité des entreprises envisagent d’engager du personnel au cours des trois prochains mois. «La situation du marché du travail en Suisse reste dans l’ensemble réjouissante», relève l’institut d’étude, sachant que le baromètre se situe un peu au-dessus de la moyenne à long terme.

Les perspectives sont favorables pour la construction, l’assurance et dans un bon nombre de domaines liés aux prestations de services. Pour la construction, les données n’avaient plus été aussi bonnes depuis six ans. Les commandes sont très étoffées et se répercutent sur l’embauche.

Le commerce de gros, les transports, le secteur information et communication, l’immobilier, la santé et le secteur social présentent également de solides perspectives.

Celles-ci se sont en revanche largement détériorées dans la restauration. L’indicateur afférent se situe désormais dans le négatif pour cette branche. La saison d’été n’est pas entrevue avec beaucoup d’optimisme.

Même constat pour les banques, qui présentent un indicateur négatif depuis un an. La situation est mitigé dans le commerce de détail et l’industrie, avec un baromètre de branche proche de zéro.