Or: Endeavour veut mettre la main sur Centamin

AWP

1 minutes de lecture

Le propriétaire de la plus grande mine aurifère d’Egypte a opposé une fin de non-recevoir.

Le producteur d’or canadien Endeavour a annoncé mardi vouloir racheter pour 1,5 milliard de livres (1,8 milliard d’euros) le groupe Centamin mais ce dernier, propriétaire de la plus grande mine aurifère d’Egypte, a opposé une fin de non-recevoir.

Endeavour explique dans un communiqué avoir décidé de présenter son offre malgré l’échec de discussions préalables avec les dirigeants de Centamin, groupe coté à Londres mais essentiellement présent en Afrique.

La société minière canadienne entend racheter l’ensemble de Centamin dans une transaction tout en action dont elle est persuadée qu’elle sera positive pour les actionnaires des deux groupes ainsi que sur le plan stratégique.

Endeavour fustige notamment la gestion par Centamin de la mine de Sukkari, la principale mine d’or en Egypte et l’une des plus grandes au monde. Centamin est justement en conflit avec un tribunal égyptien sur la concession de ce site, le seul qu’elle exploite, conclue sous l’ancien président Hosni Moubarak pour 30 ans.

«Nous pensons que les actionnaires de Centamin sont actuellement pénalisés par le fait que la mine de Sukkari est son seul actif, les difficultés opérationnelles qu’elle rencontre et la transition à la tête de Centamin», dont le patron est sur le départ, souligne Sébastien de Montessus, directeur général de Endeavour.

De son côté, Centamin a réagi en rappelant que la proposition de Endeavour était hostile et ne valorisait pas assez la société. Son conseil d’administration a par conséquent rejeté cette avance et appelle ses actionnaires à ne pas y donner suite.

Pour Endeavour, qui exploite deux mines au Burkina Faso et dont le principal actionnaire est le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, l’objectif est de créer un groupe plus diversifié, même s’il resterait d’une taille bien plus modeste que les mastodontes du secteur comme le canadien Barrick Gold ou l’américain Newmont Mining.

Endeavour et Centamin produiraient à eux deux 1,2 million d’onces d’or par an, ce qui le placerait parmi les 15 producteurs les plus importants au monde.

L’industrie aurifère est engagée dans des grands manoeuvres depuis plusieurs mois avec les rachats du britannique Randgold par Barrick et celui du canadien Goldcorp par Newmont Mining, au moment où les gisements prometteurs se font plus rares et à mesure que les coûts d’exploration augmentent.