Nouveau recul du chômage en mai, au plus bas depuis 11 ans

AWP

1 minutes de lecture

Le taux de sans emploi a reculé de 0,1 point sur un mois à 2,3%. Le nombre d’inscrits auprès des ORP s’est fixé à 101’370 personnes (-5,5%).

La tendance baissière du chômage enregistrée ces derniers mois s’est confirmée en mai. Le taux de sans-emploi a reculé de 0,1 point sur un mois à 2,3%, un niveau jamais atteint depuis juillet 2008. Le nombre d’inscrits auprès des Offices régionaux de placement (ORP) s’est fixé à 101’370 personnes (-5,5%).

Sur un an, le taux de chômage s’est également replié de 0,1 point, selon les indications fournies vendredi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Corrigé des variations saisonnières, le taux de chômage est resté stable à 2,4% en comparaisons annuelle et mensuelle.

Les économistes interrogés par AWP s’attendaient à un taux de chômage compris entre 2,3% et 2,5% ou 2,3%-2,4% pour les statistiques désaisonnalisées.

Le nombre de seniors sans emploi est repassé sous la barre de 30’000 personnes, se fixant à 29’175 personnes. Cela représente un recul de 4,8% sur un mois. La contraction est encore plus marquée pour le chômage des jeunes (15 à 24 ans), qui a baissé de 5,7% à 10’049 inscrits.

Le nombre de demandeurs d’emploi s’est établi à 176’128 personnes, soit -5,0%.

Les places vacantes recensées ont connu un recul de 8% à 37’390 unités, parmi lesquelles 22’544 soumises à l’obligation d’annonce introduite en juillet 2018 pour les professions où le taux de chômage dépasse 8%.

En Suisse romande et le Tessin, la proportion de sans-emploi a reculé plus fortement qu’au niveau national (-0,2 point) à 3,1%. Du côté alémanique, le niveau reste très bas, à 1,9% (-0,1).

Vaud et Valais en nette baisse

Les cantons de Vaud et du Valais ont enregistré la baisse mensuelle la plus marquée, de 0,3%, un honneur partagé avec les Grisons. Ils affichent un taux respectif de 3,3% et 2,5%. Genève demeure en queue de classement parmi les Romands avec 4,2% (-0,1 point).

Neuchâtel a bénéficié d’une contraction de 0,2 point, ce qui lui permet de présenter un taux de 3,3%. Le Jura n’est pas loin, avec 3,1% (-0,1). La région francophone du Jura bernois a campé sur un taux de 2,4%.

Fribourg a consolidé sa première position parmi les cantons romands, au bénéfice d’un repli de 0,2 point à 2,3%.

Les cantons les plus peuplés que sont Berne et Zurich ont vu leur proportion de sans-emploi reculer de 0,1 point à respectivement 1,7% et 2,1%. Obwald reste le meilleur élève de Suisse, avec un taux stable de 0,7%.

Dans son compte-rendu mensuel, le Seco détaille également les statistiques des réductions de l’horaire de travail, qui ont concerné en mars dernier 706 personnes (-7,1% sur un mois) et 66 entreprises (stable). Un tassement de 5,2% est constaté pour les heures de travail perdues, 46’157 au total. En comparaison annuelle, les baisses sont très importantes.

Toujours en mars, les spécialistes du Seco ont dénombré 2234 personnes ayant épuisé leurs droits aux prestations de l’assurance-chômage, sur la base des données provisoires fournies par les caisses de chômage.