Matières premières: plus haut en six ans de l’or

AWP

1 minutes de lecture

Mardi, le métal jaune a atteint un plus haut depuis 2013, à 1’535,14 dollars l’once. De son côté, le cacao craint la récession.

Le cours de l’or est de nouveau monté au plus haut en six ans mardi, porté par les craintes concernant l’économie mondiale.

Mardi, le métal jaune a atteint un plus haut depuis 2013, à 1’535,14 dollars l’once.

Les craintes concernant l’économie mondiale se sont cristallisées mercredi lorsque le taux d’intérêt sur la dette américaine à dix ans est passé temporairement sous celui des bons à deux ans, pour la première fois depuis 2007.

Ce phénomène, connu sous le nom d’«inversion de la courbe des taux», reflète la différence de rendement accordé par l’État américain aux investisseurs misant sur sa dette à court ou à long terme.

«Une telle évolution est d’habitude vue comme présageant une récession et le marché a répondu en faisant monter l’or et les obligations tandis que les marchés actions et le pétrole ont souffert», a expliqué Ole S. Hansen, analyste chez Saxobank.

L’or est généralement considéré comme une valeur refuge et s’apprécie donc en période d’incertitudes politiques ou économiques.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1’512,22 dollars vendredi vers 14H35 GMT (16H35 à Paris), contre 1.503,80 dollars le vendredi précédent.

Le cuivre agité

Le cuivre a connu une semaine agitée, bondissant mardi après le report des droits de douane américains à l’encontre de certains produits chinois.

Cependant, le métal rouge a rapidement effacé ses gains mercredi suite à un rapport du gouvernement chinois selon lequel la production industrielle du pays a fortement ralenti le mois dernier: son taux de croissance est tombé à 4,8% sur un an, soit sa plus faible progression depuis 17 ans.

Cela «a pesé sur les marchés», selon Dee Perera, analyste de Marex Spectron.

«A part le nickel, tous les métaux industriels ont fermé en baisse mercredi», a-t-elle relevé.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 5’747,50 dollars vendredi à 14H35 GMT, contre 5’751,50 dollars le vendredi précédent.

Le cacao recule

Comme depuis plusieurs semaines, le cacao a baissé sur les sept derniers jours, atteignant même vendredi un plus bas en trois mois à Londres et en cinq mois à New York, à respectivement 1.706 livres la tonne et 2.172 dollars la tonne.

«Le marché s’attend toujours à une production forte et à des craintes sur la demande future», a relevé Jack Scoville, analyste pour Price Futures Group.

«Les investisseurs s’inquiètent de la santé économique mondiale, mais surtout de celle de l’Union Européenne (...) étant donné combien l’Union consomme de chocolat», a-t-il ajouté.

De plus, M. Scoville relève que la prochaine récolte en Afrique de l’ouest, où se trouvent les principaux producteurs de cacao, s’annonce prometteuse du fait des averses dans la région.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1’708 livres sterling à 14H35 GMT, contre 1’778 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour la même échéance valait 2’172 dollars, contre 2’244 dollars sept jours plus tôt.