Matières premières: la Fed pèse sur les métaux, Trump fait monter l’or

AWP

2 minutes de lecture

L’optimisme de Jerome Powell a profité au dollar, qui en conséquence «a heurté l’or assez fortement», explique Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

L’or finissait la semaine en hausse, après avoir été agité ces derniers jours, profitant vendredi de son statut de valeur refuge après des propos de Donald Trump.

Jeudi, l’or a d’abord été lesté par la force du dollar qui a suivi le discours de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le président de la banque centrale, Jerome Powell, a surpris les investisseurs en étant plus optimiste que prévu, malgré une baisse de 0,25 point des taux directeurs de l’institution.

Cet optimisme a profité au dollar, qui en conséquence «a heurté l’or assez fortement», a expliqué Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

Le cours du métal jaune étant libellé en dollars, un renforcement de la devise américaine rend donc l’or plus onéreux pour les investisseurs utilisant d’autres devises, ce qui se traduit par une baisse des prix.

Cependant, cette chute n’a été que de courte durée, et l’or a dépassé vendredi son niveau d’avant l’annonce de la Fed, porté par les craintes des investisseurs concernant la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

En effet, Donald Trump a lancé une nouvelle attaque jeudi soir, annonçant sur Twitter que les États-Unis allaient instaurer de nouveaux droits de douane sur les 300 milliards de dollars de produits et biens chinois qui n’en ont pas encore fait l’objet.

Traditionnellement considéré comme une valeur refuge, l’or a tendance à s’apprécier en période d’incertitudes politiques ou économiques.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.441,47 dollars vendredi vers 12H35 GMT (14H35 à Paris), contre 1.426,34 dollars il y a sept jours.

Le cuivre souffre

Le cuivre s’est déprécié tout au long de la semaine, tombant vendredi à un plus bas depuis un mois et demi, à 5.755 dollars la tonne, pénalisé lui aussi par l’annonce de la Fed et les propos de Donald Trump.

Mercredi soir après la Fed, «le dollar a gagné face à l’euro (...), ce qui a par conséquent pesé sur les métaux industriels», ont estimé les analystes du courtier Sucden.

Cette baisse du cuivre s’est ensuite accentuée après l’annonce des nouveaux droits de douane par Donald Trump jeudi soir.

L’escalade des tensions commerciales en ce moment «présage plus de risques à venir pour les prix des métaux», selon Daniel Briesemann, analyste chez Commerzbank.

La Chine est le premier consommateur mondial de métaux de base, et son industrie lourde absorbe la majorité de la production.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 5.756,00 dollars vendredi à 12H35 GMT, contre 5.965,50 dollars le vendredi précédent.

Le café en baisse

Après une hausse lundi, le café a baissé tout au long de la semaine, atteignant un plus bas en deux mois et demi à Londres et un plus bas en un mois et demi à New York.

Peu de temps après l’ouverture vendredi, la tonne de robusta est tombée à 1.292 dollars à Londres, un niveau pas vu depuis la mi-mai, tandis que l’arabica est descendue jeudi à 96,40 cents par livre à New York, pour la première fois depuis mi-juin.

Les investisseurs ont appris cette semaine que «les prévisions météo au Brésil s’annoncent froides, mais pas gelées (...) dans les zones productrices de café» ce qui est positif pour les récoltes futures, a expliqué Jack Scoville, analyste pour Price Futures Group.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en septembre valait 1.308 dollars vendredi vers 12H35 GMT, contre 1.341 dollars le vendredi précédent à la même heure. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en septembre valait 96,95 cents, contre 99,45 cents sept jours auparavant.