LafargeHolcim soigne sa rentabilité au premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Le chiffre d’affaires réalisé au cours des trois premiers mois de l’année frôle les 6 milliards de francs, soit une progression de 2,2% en rythme annuel.

Le groupe Lafargeholcim est une nouvelle fois parvenu à étoffer ses ventes trimestrielles et à améliorer nettement sa rentabilité opérationnelle. Le retrait de plusieurs marchés de l’Asie du Sud-est a permis au géant franco-suisse des matériaux de construction de renforcer son assise financière.

Le chiffre d’affaires réalisé au cours des trois premiers mois de l’année frôle les 6 milliards de francs, soit une progression de 2,2% en rythme annuel. A périmètre constant, la croissance a même atteint 6,4%, précise l’entreprise mercredi dans un communiqué.

L’Asie-Pacifique est demeurée le premier débouché du groupe, malgré une érosion de 5% des revenus à 1,75 milliard. Le Vieux continent a toutefois refait une bonne partie de son retard grâce à une progression de 12% à 1,70 milliard.

Les ventes en Amérique du Nord ont enflé de près de 10% à 951 millions, alors que les recettes dans le sud du continent ont reculé de plus de 7% à 636 millions. La contribution de la zone Moyen-Orient/Afrique a égaré 1,9% à 736 millions.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) récurrent a bondi de 15,5% à 809 millions (+20,6% sur une base comparable). Le bénéfice opérationnel a plus que quadruplé par rapport au premier trimestre 2018, à 288 millions.

La copie rendue par Lafargeholcim dépasse les projections les plus optimistes des analystes consultés par AWP, en particulier l’Ebitda ajusté, attendu au mieux à 779 millions.

Au vu du «développement dynamique au cours des trois derniers trimestres» et de la «demande mondiale robuste», la direction du groupe a bon espoir d’atteindre ses objectifs annuels, notamment une croissance des ventes nettes de 3 à 5%, ainsi qu’une progression de l’Ebitda récurrent d’au moins 5% sur une base comparable.

Sur le front de l’endettement, la direction vise un ratio plafonné à deux fois l’Ebitda d’ici la fin de l’année. L’enveloppe dédiée aux investissements et acquisitions complémentaires reste bridée à moins de deux milliards de francs.

Saluant unanimement une performance inespérée, les analystes peinent toutefois à s’accorder sur une juste valorisation de l’action. Lafargeholcim est bien parti pour concrétiser ses ambitions et pourrait même les dépasser en termes d’allégement de son endettement d’ici la fin de l’année, estime Vontobel.

Bernstein souligne que les prix pratiqués par Lafargeholcim commencent à compenser l’inflation des matières premières, et que les soucis opérationnels rencontrés l’an dernier semblent avoir été résolus.

A la Bourse, l’action Lafargeholcim terminé sur un gain de 2,7% à 53,34 francs, dans un SMI en hausse de 0,82%.