La livre affaiblie, l’euro s’affaisse après les propos de Lagarde

AWP

1 minutes de lecture

Vers 16h, l’euro perdait 0,15% face au dollar, à 1,1060 dollar.

La livre sterling baissait très légèrement jeudi face au dollar, toujours pénalisée par la suspension du Parlement britannique avant le Brexit, annoncée la veille, tout comme l’euro après des propos de Christine Lagarde.

Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), la livre perdait 0,02% face au billet vert et 0,14% face à l’euro, à respectivement 1,2195 dollar pour une livre et 90,72 pence pour un euro.

Mercredi en début d’échanges européens, la livre avait décroché d’environ 1% tandis que la presse annonçait que le Premier ministre Boris Johnson avait l’intention de suspendre le Parlement après les débats du 9 septembre et jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

«Le coup de Boris Johnson hier a rendu plus probable un Brexit sans accord, mais les mouvements sur le marché des changes ont été limités par le fait qu’un ‘no deal’ est déjà intégré dans les cours comme étant la conclusion la plus probable», a jugé Kit Juckes, analyste Société Générale.

L’hypothèse d’une sortie sans accord est le scénario le plus redouté des milieux d’affaires, qui anticipent de graves perturbations économiques, ce qui pèse sur la devise britannique.

De plus, «la Banque d’Angleterre devra probablement baisser ses taux avant la fin de l’année si la situation se détériore encore, ce qui ajoute plus de pression sur la livre», a souligné Hussein Sayed, analyste pour FXTM.

Une baisse des taux d’intérêt stimule la croissance mais a également pour conséquence de rendre la devise concernée moins rémunératrice et donc moins attractive pour les cambistes.

De son côté, l’euro perdait 0,15% face au dollar, à 1,1060 dollar.

L’euro a perdu un peu de terrain face au billet vert après que Christine Lagarde, la prochaine présidente de la Banque centrale européenne, a estimé dans un document écrit adressé au Parlement européen que les taux d’intérêt n’avaient pas atteint leur plancher et que l’institution disposait de nombreux outils pour relancer la croissance.

A lire aussi...