L’euro monte face au dollar avec un regain d’appétit pour le risque

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, la monnaie européenne prenait 0,16% face au billet vert, à 1,0975 dollar.

L’euro s’appréciait légèrement face au dollar mercredi en fin de séance, soutenue par un regain d’appétit pour le risque dans un marché un peu plus optimiste sur les négociations commerciales sino-américaines tandis que la livre sterling faisait preuve d’une grande volatilité.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie européenne prenait 0,16% face au billet vert, à 1,0975 dollar.

En l’absence d’indicateur majeur, «l’appétit pour le risque s’est renforcé avec les informations selon lesquelles la Chine est toujours disposée à un accord partiel portant notamment sur l’agriculture», selon Boris Schlossberg de BK Asset Management.

Selon l’agence Bloomberg, Pékin reste en effet ouverte à un accord partiel si le président américain, Donald Trump, renonce aux tarifs douaniers supplémentaires qu’il a menacé de mettre en oeuvre d’ici la fin de l’année. Cela apaisait un peu les craintes d’une nouvelle escalade de sanctions commerciales de nature à freiner encore plus la croissance mondiale.

La publication du compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine, attendue par les marchés, a finalement eu peu d’effet sur le billet vert.

Selon ce document, les membres de la Fed se sont montrés «plus inquiets» des tensions commerciales et des risques géopolitiques, certains craignant la probabilité d’une «récession» à moyen terme.

La livre sterling de son côté reculait de 0,08% face au dollar, à 1,2209 dollar, et perdait 0,26% face à l’euro, à 89,89 pence pour un euro.

Elle avait temporairement bondi en cours de séance «après une information selon laquelle l’UE est prête à faire une concession majeure sur un accord sur le Brexit», a expliqué David Cheetham, analyste pour XTB.

Selon le quotidien britannique The Times, qui cite des sources diplomatiques proches des négociations, les gouvernements européens seraient prêts à concéder à l’Irlande du Nord la révocation unilatérale du traité de retrait après un certain temps.

La devise britannique a cependant rapidement effacé ses gains. La veille, la livre avait déjà nettement reculé face aux divergences persistantes entre les Européens et les Britanniques.

La perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord est le scénario cauchemar pour les milieux d’affaires et la livre a donc tendance à se déprécier dès que la probabilité d’une telle hypothèse s’accroît.

«Alors que tout le monde attend une orientation claire sur le Brexit, des données britanniques attendues jeudi sur la croissance, l’activité manufacturière et le commerce apporteront des indices sur la probabilité de voir la Grande-Bretagne plonger dans une récession de nature à peser encore plus sur la livre», a souligné Joe Manimbo de Western Union.