La livre dopée par l’espoir d’un accord sur le Brexit

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, la devise britannique gagnait 1,30% face au billet vert, à 1,2772 dollar, et 1,27% face à l’euro, à 86,37 pence pour un euro.

La livre sterling rebondissait nettement mardi, atteignant un nouveau record depuis mai face au dollar et à l’euro à la faveur d’un regain d’optimisme autour d’un accord sur le Brexit.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la livre sterling gagnait 1,30% face au billet vert, à 1,2772 dollar, et 1,27% face à l’euro, à 86,37 pence pour un euro.

Les cambistes semblaient rassurés par plusieurs déclarations de responsables politiques à deux jours du début d’un sommet européen décisif.

Le négociateur de l’UE Michel Barnier a jugé mardi «très possible» la conclusion d’un accord cette semaine. «Des discussions détaillées sont en cours et un accord est encore très possible», a confirmé son interlocuteur britannique, le ministre pour le Brexit Steve Barclay.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a pour sa part évoqué des négociations allant «dans la bonne direction» sans pour autant s’avancer sur la signature d’un accord avant le sommet de jeudi, lors d’une conférence de presse à Dublin.

«Le marché réagit peut-être de façon un peu prématurée, mais les dernières informations indiquent qu’un accord est proche», note Greg Anderson de BMO.

Selon l’expert, les acteurs financiers «perçoivent qu’on s’est suffisamment éloigné des lignes rouges depuis environ une semaine.»

Plusieurs analystes appelaient cependant à la prudence mardi, soulignant qu’un accord entre l’UE et le Royaume-Uni, susceptible d’être approuvé par le Parlement britannique, restait hypothétique.

«Les Britanniques veulent un accord et ils ont bougé sur les points de blocage. Mais il faut rester prudent et voir si cela sera suffisant pour être traduit dans un texte juridique. Ce n’est pas encore fait», a d’ailleurs confié mardi à l’AFP le représentant d’un Etat membre.

En cas d’échec des négociations, «la question à un million de livres sera +est-ce que Boris Johnson demande un report de la date limite du Brexit à ses partenaires européens?+», a souligné Ipek Ozkardeskaya, analyste pour London Capital Group.

La livre connaît actuellement un niveau de volatilité extrêmement élevé, inédit depuis avril dernier.

La devise s’est ainsi envolée jeudi et vendredi, puis a traversé une séance agitée lundi, où elle a perdu plus de 1% avant de se reprendre légèrement.