L’euro stable face au dollar après l’emploi américain

AWP

2 minutes de lecture

La monnaie européenne valait 1,1218 dollar vers 21h, contre 1,1221 jeudi soir.

L’euro restait stable face au dollar vendredi après la publication d’un rapport de bonne tenue sur l’emploi américain en mars et des propos de Donald Trump sur la politique de la Réserve fédérale (Fed).

A 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro valait 1,1218 dollar, contre 1,1221 jeudi à 21H00 GMT.

A la publication du rapport mensuel sur l’emploi américain, le dollar a brièvement perdu du terrain avant de rapidement se reprendre.

Selon les chiffres du département du Travail, les créations d’emplois aux Etats-Unis ont fortement rebondi en mars après le mauvais score de février. Le taux de chômage est resté à son faible niveau de 3,8% tandis que la croissance du salaire horaire a ralenti.

Ce rapport «mitigé» dans son ensemble «devrait conforter la Fed dans sa décision de laisser les taux inchangés à court terme» et, en conséquence, «devrait maintenir le dollar dans une fourchette d’échanges limitée», a estimé Brendan McKenna de Wells Fargo.

Après avoir resserré sa politique monétaire en 2018, la Banque centrale américaine a en effet récemment adopté un ton beaucoup plus prudent face à l’accumulation des inquiétudes sur la croissance mondiale.

Toutefois, a souligné Mazen Issa de TD Securities, «l’ensemble des Banques centrales dans le monde semblent être engagées dans une course à qui aura la politique monétaire la plus accommodante». Et la Fed est peut-être la moins sous pression grâce à une économie américaine en apparente meilleure forme que les autres grandes puissances, Chine et pays européens notamment.

Dans ce contexte, le fait que le président américain ait de nouveau appelé vendredi la Banque centrale américaine à baisser les taux et ait réclamé que l’institution lance un programme de stimulation de l’économie n’a pas perturbé outre mesure les cambistes selon lui.

L’expert s’inquiète en revanche plus de la désignation par Donald Trump de deux hommes très proches de lui pour siéger au comité monétaire de la Fed.

«Le bon fonctionnement des marchés financiers repose en partie sur la confiance qu’ils accordent aux institutions», a-t-il justifié. «Si la Fed devient plus partisane, cela pourrait poser des problèmes.»

La livre sterling de son côté a fléchi en cours de séance face à l’euro comme au dollar.

La Première ministre britannique Theresa May a demandé vendredi un report de la date du Brexit jusqu’au 30 juin pour tenter de surmonter la crise politique au Royaume-Uni, alors que le président du Conseil européen Donald Tusk a suggéré le scénario d’un report «flexible» du Brexit allant jusqu’à 12 mois.

Cette demande a été pour le moment fraichement accueillie. La France l’a jugé «un peu prématurée», tandis que Berlin a estimé qu’il restait «encore beaucoup de questions à clarifier».

Vers 19H00 GMT, la devise britannique s’échangeait à 86,10 pence pour un euro contre 85,81 pence jeudi soir à 21H00 GMT.

Elle baissait également face au billet vert, à 1,3028 dollar pour une livre au lieu de 1,3077 la veille.

Le yen se stabilisait face au dollar (à 111,70 yens pour un dollar contre 111,66 jeudi) comme face à la devise européenne (125,30 yens pour un euro contre 125,29 jeudi soir).

La devise suisse se maintenait face à l’euro, à 1,1217 franc suisse pour un euro contre 1,1222 jeudi, tout comme face au dollar, à 1,0000 franc suisse pour un dollar exactement comme jeudi soir.

La monnaie chinoise a terminé à 6,7079 yuans pour un dollar, contre 6,7170 yuans jeudi soir.

L’once d’or s’échangeait pour 1.291,81 dollars contre 1.292,28 dollars jeudi.

Enfin, le bitcoin valait 5.024,98 dollars contre 4.847,04 dollars jeudi, selon des chiffres compilés par Bloomberg.